lienlien


 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 I get a bad personnality when I'm afraid of losing you [Feat. Xiao]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Date d'inscription : 03/08/2014
Messages : 259

# J'suis bien mal
Phase 2, sniff


http://wtfck.easyforum.fr/t167-wang-junno-je-crois-qu-en-tout-homme-il-y-a-un-autre-homme-un-inconnu-un-conspirateur-un-ruse-stephen-king http://wtfck.easyforum.fr/t195-wang-junno-come-on-girl-friendshi
MessageSujet: I get a bad personnality when I'm afraid of losing you [Feat. Xiao]   Sam 9 Aoû - 11:26


Regardant la ligne, qui servait d’horizon, du paysage face à moi, je me demandais s’il était chez lui à cette heure-ci ou s’il était sorti quelque part, peut être seule, ou peut-être même, en compagnie d’autres personnes. Une bouffée de monotonie me parcourut le corps, me laissant quelques frissons. Certainement à cause de la petite brise qui permettait d’avoir un minimum d’air malgré cette chaleur insoutenable. Je ne savais pas quelle idée absurde m’avait traversé l’esprit pour venir jusqu’ici, un tel jour de semaine. Parfois je n’avais vraiment pas les idées en place, agissant sans même réfléchir aux conséquences. M’enfin, quelles conséquences pouvait-il y avoir en venant ici ? Ce n’était pas la première fois que je venais ici sans même y être invité ou même sans avoir eu l’obligeance de prévenir de ma visite. Pourtant, je n’aimais pas venir à l’improviste . . . en règle générale. Néanmoins, la personne qui avait l’honneur de me voir aujourd’hui n’était pas n’importe quelle personne et pour elle, j’étais obligé de venir, très souvent, sans prévenir, car je savais que de toute manière, je n’allais pas forcément faire des heureux. Il était préférable de venir secrètement, pour moins me faire rejeter. Ce n’était pas tout le temps le cas, fort heureusement car j’aurai abandonné depuis des lustres, ou pas, mais ça arrivait, parfois, et puis, pour le voir, je devais user de stratégie, dont celle-ci.

Tendant l’oreille, je tentais de percevoir le moindre petit bruit provenant de la pièce d’à côté, espérant entendre un souffle, un pas, n’importe quoi. Cela ne faisait qu’une seconde que j’avais frappé, pour la première fois, mais déjà j’avais l’impression de suffoquer à cause de l’attente. Etait-il préférable de rebrousser chemin ? Non. Je ne comprenais pas pourquoi j’étais si anxieux. De toute manière, c’était toujours la même chose avec moi. Chaque fois que je devais le voir, je réagissais de la sorte, comme si j’allais perdre tous mes moyens. Gonflant mes poumons, je frappais une seconde fois, mais cette fois-ci en l’appelant, avec une petite voix hésitante « Xiao ? ».




+ And hope seems like a promise
There's no way I can hide it's written on my face and all these complications now . . . Maybe I'm afraid to open up and let You in behind the curtain. Maybe I'm afraid of the questions that I know You'd raise what I thought was certain. © caius
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://wtfck.easyforum.fr/t167-wang-junno-je-crois-qu-en-tout-homme-il-y-a-un-autre-homme-un-inconnu-un-conspirateur-un-ruse-stephen-king http://wtfck.easyforum.fr/t195-wang-junno-come-on-girl-friendshi
avatar
Date d'inscription : 25/07/2014
Messages : 484

# Wtf, déjà ?!
Phase 3, tuez-moi


http://wtfck.easyforum.fr/t39-zheng-xiao-overdrive-pain-ain-t-cheap http://wtfck.easyforum.fr/t47-zheng-xiao-poison-and-tears
MessageSujet: Re: I get a bad personnality when I'm afraid of losing you [Feat. Xiao]   Sam 9 Aoû - 13:45


Les talons découverts et posés sur la table de ma terrasse, je pianotais sur mon ordinateur posé sur mes cuisses, mes yeux naviguant la page sous mes yeux. Un rapport de collection à écrire, c'était simple et basique, et je n'en avais que pour quelques minutes avant d’amorcer la conclusion de ce rapport. Un rapport simple qui consistait à rapporter tout les mannequins de chez Dior que j'avais habillé ses derniers jours en donnant toute les pièces qu'ils avaient portés. Par la suite, je devais simplement envoyé mon rapport au magazine VOGUE korea, ainsi qu'à la direction du service de rédaction de Dior, tout simplement. Appuyant sur la touche du point, je concluais finalement mon rapport avant de me diriger sur internet pour retrouver ma boîte mail. J'entrais mon mot de passe rapidement, et accédais à mes derniers mails d'un vague coup d'oeil. Des coupons réductions pour de l'électronique, pour des boutiques de fringues ainsi que des confirmations d'envoi de colis venant de Chine ou des Etats Unis ainsi qu'un mail de ma soeur à propos du bar que nous avions en commun. Je pris soin d'ignorer soigneusement ce mail avant de m'allumer une cigarette et d'envoyer le fichier PDF aux deux adresses qui avaient besoin de ce rapport. Une main dans les cheveux, j'attendais d'avoir la confirmation que les mails soient envoyés pour refermer le capot de l'ordinateur et de le poser sur la table de la terrasse. Je finissais ma cigarette à coup de quelques taffes avant de l'écraser et de prendre mon ordinateur sous mon bras pour retourner à l'intérieur et retrouver l'atmosphère climatisée de mon appartement. Posant l'ordinateur sur la table basse du salon, je rejoignais ma chambre pour me changer. Enfilant un marcel blanc ainsi qu'un jean slim noir déchiré, j'entendis rapidement un coup à la porte. Pensant que c'était simplement mon esprit, je sortais de ma chambre en haussant les épaules avant d'entendre frapper à nouveau. Je finissais par me diriger vers la porte, et ouvrais sans jeter un coup d'oeil au judas, et j'aurais peut-être dû car la surprise de voir mon ex face derrière la porte fût de taille. Mes yeux commencèrent à papillonner alors que mon coeur commençait à battre la chamane. Ca me faisait toujours cet effet lorsque je revoyais mon ex car, j'avais beau dire mais, je l'aimais toujours. C'était le seul d'ailleurs, qui avait réussi à s'intégrer entièrement à mon coeur et qui n'en était pas ressorti depuis. Et je ne pensais pas qu'il réussirait à sortir un jour mais je n'y pouvais pas grand chose au final. " Junno.. " soufflais-je, le souffle court alors que j'appuyais ma main sur le chambranle de la porte et que je mordillais ma lèvre inférieure, nerveux à l'idée de le revoir. " Je.. Qu'est ce que tu fais là, Junno..? "




« BLACK DAHLIA »
come back to realize, looking for anywhere, decide from yourself , dress of skin. Piece of your wish come from the fortune piece of your past will be there©️ .bizzle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://wtfck.easyforum.fr/t39-zheng-xiao-overdrive-pain-ain-t-cheap http://wtfck.easyforum.fr/t47-zheng-xiao-poison-and-tears
avatar
Date d'inscription : 03/08/2014
Messages : 259

# J'suis bien mal
Phase 2, sniff


http://wtfck.easyforum.fr/t167-wang-junno-je-crois-qu-en-tout-homme-il-y-a-un-autre-homme-un-inconnu-un-conspirateur-un-ruse-stephen-king http://wtfck.easyforum.fr/t195-wang-junno-come-on-girl-friendshi
MessageSujet: Re: I get a bad personnality when I'm afraid of losing you [Feat. Xiao]   Sam 9 Aoû - 15:15


Rassuré d’entendre des semblants de pas derrière la porte, je me mis à reculer, instinctivement, pour ne pas être pris en flagrant délit. Ecouter aux portes, ce n’était jamais bien, même si là, ce n’était pas dans le même contexte,  c’était juste pour m’assurer qu’il était bien ici et donc dans la capacité de m’ouvrir. A présent que je savais qu’il était là, il fallait absolument que je trouve une excuse quant à ma venue chez lui. Cherchant à toute vitesse une idée, je sentais que l’angoisse commençait à me serrer la gorge, me rendant quelque peu nerveux. Je ne pouvais pas simplement dire que j’avais eu envie de le voir, comme je pouvais le dire à certains de mes amis. Il s’agissait de Xiao et ma relation avec lui était encore délicate, imparfaite, enfin pour moi. Certes, elle s’était au fil du temps améliorée et il semblait plus apte à m’accepter dans sa vie que lors de mes retrouvailles avec lui, mais tout de même, je devais rester vigilent. Il ne fallait pas que ma relation avec lui régresse, elle devait évoluer. Mais peut-être que j’en demandais trop, car oui, je voulais retrouver ses bras, humer son odeur, parcourir sa bouche avec mes lèvres, faire de lui : le mien. Malheureusement, ce n’était pas encore d’actualité et je ne savais même pas s’il avait envie de se remettre avec moi. Malgré cela, je ne voulais pas de nouveau abandonner, le voir s’éloigner de moi sans pouvoir y faire quelque chose. Cependant, je ne pouvais que le comprendre, qui avait le désir de renouer avec une de ses conquêtes passées ? Le passé était passé et il restait passé.

Pris dans mes pensées, je n’eus pas le temps de réfléchir plus sur une excuse que déjà la porte s’ouvrait, laissant mon cœur rebondir de surprise. Déconcerté, je restais un moment, la bouche ouverte, perdant totalement le contrôle. Bordel, qu’est-ce qu’il était beau. Là tout de suite je n’avais qu’une envie, le prendre dans mes bras et ne jamais m’éloigner de lui. Heureusement que j’étais assez sain d’esprit pour avoir un minimum de self contrôle sur moi-même. « Je . . . » dis-je d’une voix cassée, « Je ne te dérange pas j’espère ? ». Je lançais un regard suspicieux en arrière comme pour vérifier s’il était bien seul, dans le cas contraire cela aurait eu le don de m’énerver.  ‘’Il n’est pas tien’’ me rappela une petite voix intérieure, faisant ainsi descendre mon regard sur lui. « Je peux entrer ? », dis-je l’air faussement détaché sans répondre à sa question. Et avant même d’entendre sa réponse, je me glissais subtilement à l’intérieur, au cas où.  





+ And hope seems like a promise
There's no way I can hide it's written on my face and all these complications now . . . Maybe I'm afraid to open up and let You in behind the curtain. Maybe I'm afraid of the questions that I know You'd raise what I thought was certain. © caius
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://wtfck.easyforum.fr/t167-wang-junno-je-crois-qu-en-tout-homme-il-y-a-un-autre-homme-un-inconnu-un-conspirateur-un-ruse-stephen-king http://wtfck.easyforum.fr/t195-wang-junno-come-on-girl-friendshi
avatar
Date d'inscription : 25/07/2014
Messages : 484

# Wtf, déjà ?!
Phase 3, tuez-moi


http://wtfck.easyforum.fr/t39-zheng-xiao-overdrive-pain-ain-t-cheap http://wtfck.easyforum.fr/t47-zheng-xiao-poison-and-tears
MessageSujet: Re: I get a bad personnality when I'm afraid of losing you [Feat. Xiao]   Sam 9 Aoû - 20:54


S'il y avait bien une personne que je n'avais pas oublié au fur du temps, c'était Wang Junno. Il avait été mon premier petit copain, mais aussi mon premier amour, et l'une des rares personnes à s'être intéressée à moi en dépit du fait que j'étais le bouc émissaire de bien d'autres élèves. Et je lui avais toujours été reconnaissant d'avoir laissé un léger rayon de lumière filtré ma vie, et la rende bien plus joyeuse, et plus palpitante. Il avait été celui qui m'avait sorti de mon mutisme et de mon silence après de nombreuses crasses. Il avait gardé tout mes secrets, n'avait jamais osé lever la main sur moi et avait fait preuve d'une douceur que même l'une de mes mères n'avaient pas. Je me souviens encore aujourd'hui des soirées que l'on passait où j'étais pelotonné contre lui et qu'il attendait que je m'endorme pour s'endormir, et qu'il me calmait quand mes cauchemars reprenaient. Et aujourd'hui, j'étais incapable de dire pourquoi on s'était séparés, pourquoi j'avais osé le fuir. Ce n'était pas les sentiments car mes sentiments étaient à son paroxysme à ce moment là, je l'aimais comme un fou et j'aurais été prêt à crever pour sauver sa vie. Et je suppose qu'aujourd'hui encore j'étais prêt à le faire si c'était pour qu'il vive mieux. Aussi loin que je me souvienne, j'avais toujours eu besoin de lui, il était mon pilier, mon bonheur mais aussi mon malheur, il était celui qui m'épaulait, qui me sauvait de tout mes cauchemars et de tout ce qui m'accablait en permanence. Et depuis que je l'avais revu, depuis qu'il était réapparu dans ma vie, je ressentais encore plus ce manque, cette douleur sourde qui grandissait en moi et qui me montrait que j'avais osé me séparer de lui, lui qui, à tout les coups, était sûrement l'amour de ma vie. Mais ne dit-on pas que l'on se sépare de ce qu'il nous fait peur? Peut-être était-ce ça? De la peur. La peur de mes sentiments incontrôlables, la peur de souffrir, la peur d'être abandonné, la peur qu'il se lasse, la peur qu'il ne soit plus mien. La peur, je ne savais pas la gérer, elle me tuait toujours à petit feu. Je savais que j'avais besoin de lui plus que de n'importe qui d'autre, mais j'avais dû mal à reconsidérer le passé, et à intégrer mon passé à nouveau dans mon futur et à réellement m'avouer mes sentiments.

Pourtant, je sentais mon coeur battre dans ma poitrine à une vitesse impressionnante lorsque je le vis, sur le pas de ma porte. Je sentais mes joues se colorées de rose, et j'aurais voulu me cacher dans un trou face à quoi je ressemblais. J'étais loin d'être présentable, habillé de fringues prises à la va vite. Je me raclais la gorge et passait une main dans mes cheveux blonds en bataille. "Je.. Non, tu ne me déranges pas du tout.." Je soufflais. Il me coupait toujours autant le souffle. Il était beau, beaucoup trop beau pour que ce soit réel, et rien que de le voir réveillait beaucoup de souvenirs assez.. Chauds, de quand nous étions encore ensemble. Je m'attendais tout de même à avoir une réponse à ma question, mais je fus pris de court par sa question. Seulement, j'eus à peine le temps de répondre qu'il entrait. " Oui, bien sûr.. " soufflais-je avant de refermer la porte derrière lui. Je retournais dans le salon, mes mains tremblantes dans les poches de mon jean. " Tu.. Tu veux boire un truc? " toute ma fierté, tout mon courage retombait en sa présence et je me mettais à bafouiller comme un adolescent alors que j'avais bel & bien dépassé ce stade.




« BLACK DAHLIA »
come back to realize, looking for anywhere, decide from yourself , dress of skin. Piece of your wish come from the fortune piece of your past will be there©️ .bizzle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://wtfck.easyforum.fr/t39-zheng-xiao-overdrive-pain-ain-t-cheap http://wtfck.easyforum.fr/t47-zheng-xiao-poison-and-tears
avatar
Date d'inscription : 03/08/2014
Messages : 259

# J'suis bien mal
Phase 2, sniff


http://wtfck.easyforum.fr/t167-wang-junno-je-crois-qu-en-tout-homme-il-y-a-un-autre-homme-un-inconnu-un-conspirateur-un-ruse-stephen-king http://wtfck.easyforum.fr/t195-wang-junno-come-on-girl-friendshi
MessageSujet: Re: I get a bad personnality when I'm afraid of losing you [Feat. Xiao]   Dim 10 Aoû - 16:19



Mon sourire se dessina légèrement son mon visage quand il me répondit que je ne le dérangeais pas. Première bonne nouvelle. Cela me rassurait car j’étais loin d’avoir envie de le déranger. Même si je ressentais toujours le besoin oppressant de le voir, même si je venais souvent à l’improviste, je ne voulais pas l’embêter avec mes conneries, je n’avais pas envie de lui donner une autre raison de ne pas me vouloir auprès de lui. Quoique, au fond, il n’y avait jamais eu de raison de ne pas me vouloir auprès de lui, et il ne me l’avait jamais dit, c’était juste moi qui avais ce sentiment débile. De toute façon, j’allais un jour ou l’autre le récupérer. Je le savais, je le pressentais, notre amour n’était pas terminé, il ne pouvait pas être terminé. Je n’étais franchement pas du genre à être fleur bleue, à croire en deux âmes sœurs, à croire en l’amour éternel, mais chaque fois que je voyais Xiao, que je pensais à lui, je me sentais devenir guimauve. C’était mal, très mal, ce n’était pas les pensées que devaient avoir un homme, mais c’était plus fort que moi. Pourquoi me rendait-il si faible ? Pourquoi avait-il un tel pouvoir sur moi ? C’était horrible, inconcevable. J’étais un homme faible, un abruti. Et pourtant, un abruti amoureux.

Reprenant le dessus, je chassais les quelques idées qui me traversaient l’esprit. Je m’installais sur une chaise, et lui fis un petit sourire, intimidé, tout en le regardant dans les yeux, mon cœur palpitant de plus belle. « Euh . . .  oui s’il te plaît . . .  mais tu n’es pas obligé . . . je ne veux pas . . . m’imposer » dis-je en finissant la phrase en baissant les yeux. Je m’imposais déjà, c’était trop tard pour dire ça. Inspirant profondément, je tentais de détendre l’atmosphère, « Quoique tu vas me dire, je m’impose toujours, tu dois en avoir marre à force ». Un petit rire nerveux suivit ma phrase. S’il me disait que oui, j’étais certain de finir pendu dans mon appartement ce soir. « Je passais dans le coin, alors je me suis dit que j’allais te faire un petit coucou, histoire de passer te voir ». Moi ou l’art de détourner la conversation. Pourquoi à chaque fois que je le voyais, à chaque début de conversation, je perdais mes moyens et disais des choses sans queue ni tête. Que j’étais con !




+ And hope seems like a promise
There's no way I can hide it's written on my face and all these complications now . . . Maybe I'm afraid to open up and let You in behind the curtain. Maybe I'm afraid of the questions that I know You'd raise what I thought was certain. © caius
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://wtfck.easyforum.fr/t167-wang-junno-je-crois-qu-en-tout-homme-il-y-a-un-autre-homme-un-inconnu-un-conspirateur-un-ruse-stephen-king http://wtfck.easyforum.fr/t195-wang-junno-come-on-girl-friendshi
avatar
Date d'inscription : 25/07/2014
Messages : 484

# Wtf, déjà ?!
Phase 3, tuez-moi


http://wtfck.easyforum.fr/t39-zheng-xiao-overdrive-pain-ain-t-cheap http://wtfck.easyforum.fr/t47-zheng-xiao-poison-and-tears
MessageSujet: Re: I get a bad personnality when I'm afraid of losing you [Feat. Xiao]   Dim 10 Aoû - 21:01


Junno ne me gênait ou ne me dérangeait jamais. A part lorsque je n'étais vraiment pas d'humeur, mais même dans ses moments là, j'étais incapable de lui dire que je ne voulais pas le voir parce que c'était un mensonge au fond. J'avais beau ne pas me l'avouer complètement, je l'aimais encore comme un fou, et surtout depuis que je l'avais revu. J'avais terriblement envie de l'avoir près de moi, et même si je ne le montrais pas plus que cela, il me manquait, et j'avais toujours ce besoin de l'avoir près de moi. J'étais prisonnier de sentiments incontrôlables et je ne pouvais strictement rien faire contre ça. J'étais comme un lion en cage, emprisonné par des sentiments bien trop forts pour moi, des sentiments destructeurs qui me détruiraient à un moment ou à un autre, c'était obligé. Ce surplus de sentiments allait me perdre un jour ou l'autre, et j'avais beau le savoir, je ne faisais rien pour y changer. J'avais besoin de loin depuis le jour où il était devenu plus qu'un ami à mes yeux, et même si pendant le temps où l'on ne s'était pas vu, j'avais un peu oublié ses sentiments enfouis, maintenant que je savais qu'il était dans les parrages, je ressentais ce besoin de le voir, de le sentir près de moi, au plus proche de moi. C'était un comportement faible, qui me rendait fragile à chacune de ses attentions, et je ne pourrais encore rien faire contre ça. J'avais terriblement besoin de lui et, il me rendait faible autant qu'il me rendait plus fort. Je ne savais pas quoi faire face à ça, alors je me laissais entraîner.

Je le regardais alors s'asseoir sur une des chaises de la cuisine alors que je le dépassais pour passer derrière le comptoir. J'ouvrais un placard à l'arrache et le refermait aussitôt lorsque je me rendais compte que c'était le placard avec mes bouteilles d'alcool. Un petit sourire aux lèvres, j'en ouvrais un autre pour sortir un grand verre que je posais sur le comptoir avant de m'appuyer dessus pour le regarder. " Qu'est ce que tu veux? J'ai un peu de tout. Je sentais bien qu'il était tendu, et je ne pouvais m'empêcher de trouver ça adorablement craquant. Je passais une main dans mes cheveux avant de chopper une pomme dans la corbeille et de croquer à pleines dents dedans. " Mais non. S'il y a bien une chose qui n'a pas changé, c'est bien le fait que j'adore ta compagnie, Junni.. Junno." je déglutissais légèrement et tournais la tête. J'avais failli lui donner l'un des surnoms que j'utilisais à l'époque où nous étions encore ensemble. Boulette. J'étais un boulet sur pattes, il n'y avait pas à dire. " C'est mignon. J'apprécie l'attention, Junno. " J'étais coincé pour le coup, mais j'avais du mal à retrouver notre complicité d'avant, à être aussi à l'aise, c'était dingue. " Sinon, quoi de neuf depuis la dernière fois? Ca se passe bien les cours? "





« BLACK DAHLIA »
come back to realize, looking for anywhere, decide from yourself , dress of skin. Piece of your wish come from the fortune piece of your past will be there©️ .bizzle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://wtfck.easyforum.fr/t39-zheng-xiao-overdrive-pain-ain-t-cheap http://wtfck.easyforum.fr/t47-zheng-xiao-poison-and-tears
avatar
Date d'inscription : 03/08/2014
Messages : 259

# J'suis bien mal
Phase 2, sniff


http://wtfck.easyforum.fr/t167-wang-junno-je-crois-qu-en-tout-homme-il-y-a-un-autre-homme-un-inconnu-un-conspirateur-un-ruse-stephen-king http://wtfck.easyforum.fr/t195-wang-junno-come-on-girl-friendshi
MessageSujet: Re: I get a bad personnality when I'm afraid of losing you [Feat. Xiao]   Lun 11 Aoû - 10:14



Pourquoi est-ce que le temps ne pouvait être remonté ? Pourquoi ne pouvais-je pas être à l’époque où je dormais auprès de l’être aimé, à l’époque où je pouvais le sentir auprès de moi, le serrant dans mes bras, par crainte de le perdre. Pourquoi le temps n’était pas resté figé, à cette époque ? Pourquoi la vie avait continué son long chemin, laissant quelques souffrances sur son passage ? Ou alors, tout bêtement, pourquoi le temps n’avait pas guéri les blessures ? Pourquoi est-ce que j’étais encore dans l’impossibilité de l’oublier, me noyant dans les bras d’autres, pensant ainsi traverser la rive où j’étais resté depuis tout ce temps.  Il suffisait pourtant juste d’enjamber, d’utiliser mon courage pour atteindre l’autre rive, pour pouvoir faire du passé, le passé. Malheureusement, je n’étais pas encore capable de passer à autre chose, d’oublier simplement. Beaucoup d’individus avaient tenté de m’aider, en vain. J’étais voué à l’aimer, inlassablement. J’étais capable d’attendre pour lui, jusqu’à ce qu’il me désire à nouveau, jusqu’à ce qu’il m’accepte à nouveau. Je ne savais pas combien de temps cela allait prendre, je ne savais pas combien de mois encore j’allais devoir attendre, combien d’années avant de l’avoir de nouveau avec moi. Peut-être que cela n’allait jamais se faire. Peut-être qu’un jour il allait de nouveau aimer, quelqu’un d’autre que moi. Peut-être que cela était déjà le cas, ou avait déjà été le cas. Et moi, idiot fini, je continuais à attendre mon heure. Etais-je capable d’attendre toute une vie pour lui ? Et si je réalisais, trop tard, que j’avais attendu pour rien, perdu tant de jours, rien que pour lui . . . Non, c’était impossible. Je n’attendais certainement pas pour rien.

Je fronçais des sourcils quand j’aperçus les quelques bouteilles d’alcool présentes dans son placard. Une sorte d’inquiétude m’envahit brusquement. Et s’il plongeait dans l’alcoolisme ? Et s’il en était un ? Et si, tout ce qui c’était passé auparavant n’avait servi à rien ? Me pinçant les lèvres, je me retins de faire la moindre remarque, je n’étais actuellement pas le mieux placé pour lui faire une leçon de morale. « Juste du thé s’il te plaît » dis-je en essayant de ne pas montrer dans ma voix la moindre once d’anxiété.  
Mon cœur manqua quelques battements lorsque je crus entendre quelque chose . . . un surnom, qu’il m’avait donné, ‘’junni’’. Avais-je bien entendu ou est-ce que je me mettais à entendre des voix ? En plus de cela, il venait de dire qu’il aimait bien ma compagnie ! Avais-je bien entendu ? Réellement bien entendu ? N’était-ce pas le fruit de mon imagination ? Pourquoi me donnait-il autant d’espoirs ? Pourquoi chaque fois que je le voyais, il me donnait la vague impression qu’un nouveau nous était possible ? Xiao . . .  Pourquoi me faisait-il ça ? Que devais-je croire ? Je pris une grande inspiration, chassant ces idées de ma tête. « Moi aussi Xiao, j’adore ta compagnie  . . .  je l’ai toujours aimé » dis-je en posant, inconsciemment, mes yeux sur sa bouche alors qu’il était en train de manger une pomme. Je détournais rapidement mon regard, grinçant des dents. Je n’avais pas envie de paraître mignon. C’était normal après tout que je vienne, ce n’était pas attentionné, ça devait juste être ainsi, point. Parce que je l’aimais.
« Hum . . . je ne vais pas t’ennuyer avec mes cours, mais oui, ça se passe bien ! ». C’était bizarre de parler de choses normales maintenant. Cela ne me déplaisait pas et puis, notre relation restait ‘’amicale’’. « Et toi ? Les affaires vont . . . bien ? » dis-je en glissant mon regard vers le placard où se trouvaient les bouteilles d’alcool, « tu ne te noies pas trop ? ». Indirect ou pas.  





+ And hope seems like a promise
There's no way I can hide it's written on my face and all these complications now . . . Maybe I'm afraid to open up and let You in behind the curtain. Maybe I'm afraid of the questions that I know You'd raise what I thought was certain. © caius
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://wtfck.easyforum.fr/t167-wang-junno-je-crois-qu-en-tout-homme-il-y-a-un-autre-homme-un-inconnu-un-conspirateur-un-ruse-stephen-king http://wtfck.easyforum.fr/t195-wang-junno-come-on-girl-friendshi
avatar
Date d'inscription : 25/07/2014
Messages : 484

# Wtf, déjà ?!
Phase 3, tuez-moi


http://wtfck.easyforum.fr/t39-zheng-xiao-overdrive-pain-ain-t-cheap http://wtfck.easyforum.fr/t47-zheng-xiao-poison-and-tears
MessageSujet: Re: I get a bad personnality when I'm afraid of losing you [Feat. Xiao]   Lun 11 Aoû - 20:32


Le passé était une chose qui avait toujours échappé à mon contrôle, d'un moyen ou d'un autre, j'étais incapable de contrôler ce qui appartenait au passé. Après tout, on ne pouvait remonter en arrière, et une fois que les choses étaient faites, pas moyen de prendre une gomme ou un effaçeur pour effacer les traces rageuses d'une erreur. Et c'était quelque chose qui m'énervait, le passé, parce que je ne pouvais plus le contrôler. Notamment ma rupture avec Junno. N'importe qui qui était proche de moi et qui m'avait déjà vu complètement bourré savait à quel point je regrettais ce qu'il s'était passé, que je regrettais amèrement qu'on se soit séparé. Bien sûr, ce n'était des choses que j'avouais que lorsque j'avais plusieurs grammes d'alcool dans le sang, et seulement quand j'avais de l'alcool dans le sang. Je me plaignais, selon eux, de comment les choses avaient tournées, de la distance insupportable entre nous, et que c'était ma faute. Et ça l'était ! C'était ma faute, c'était moi qui avait voulu que l'on casse, et c'était moi qui m'était réfugié comme un ermite chez moi sans voir personne. C'était moi le fautif. Tout allait bien entre nous à ce moment là, et moi, j'avais mis mon grain de sel là dedans, et tout était tombé en miettes. Des années d'amour, des années de passion et de tendresse qui tombaient à l'eau. Même les disputes me paraissaient encore douces à mes yeux comparer à ce que l'on vivait aujourd'hui, c'était ahurissant. Et dieu seul savait à quel point je regrettais tout ça, toute ma connerie.

Je hochais maladroitement la tête lorsqu'il m'annonça ce qu'il voulait, et je choppais la boîte en fer qui contenait les sachets de thé pour en glisser un nature dans le verre que je remplaçais bien vite par une tasse. J'allumais la théïère pour faire chauffer l'eau avant d'attraper la boîte de sucre posé sur le plan de travail. "Ca marche ! " lançais-je d'un ton volontairement joyeux, un petit sourire posé sur mes lèvres charnues. Je savais que ce que je disais, c'était mal. Au fond, je n'avais pas le droit de lui dire de telles choses, de lâcher ce genre de choses à la volée, mais je n'y pouvais rien. C'était la vérité, j'avais envie de l'appeler "Junnie", ou encore de l'avoir près de moi, mais après ce que j'avais fais, je n'en avais plus vraiment le droit. Je ne pouvais pas faire cela, et espérer qu'il revienne alors que je le repoussais parce que je n'arrivais pas à gérer mes foutus sentiments. Gérer tout ça était compliqué, et je ne devais pas l'aider non plus à y voir plus clair. J'avais foutu la merde entre nous, et je cherchais au fond à le reconquérir alors que je n'en avais pas le droit. De plus, il était peut-être possiblement en couple ou amoureux de quelqu'un d'autre, il avait peut-être tourné la page. " Moi de même.. " soufflais-je avant de détourner les yeux pour croquer à nouveau dans ma pomme, laissant mon muscle rose passé sur mes lèvres pour récupérer le jus qui s'était déposé sur mes lèvres. J'eus un sourire en l'entendant me dire que tout se passait bien avec les cours, et je me retournais en entendant le bruit qu'émettait la théïère lorsque l'eau était chaude. Je fis glisser l'eau dans la tasse, avant de déposer la tasse devant lui avec le pot à sucres. " Et voilà ton thé, et tant mieux si ça va avec les cours." soufflais-je le sourire aux lèvres avant de relever les yeux à sa question, et de remarquer son regard en direction du placard à alcool. Je me grattais nerveusement la nuque avant de prendre place sur un des tabourets. " Ca va ça va, j'ai pas trop à me plaindre.. J'ai quelques clients assez.. Capricieux, mais d ans l'ensemble, ça va plutôt bien.





« BLACK DAHLIA »
come back to realize, looking for anywhere, decide from yourself , dress of skin. Piece of your wish come from the fortune piece of your past will be there©️ .bizzle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://wtfck.easyforum.fr/t39-zheng-xiao-overdrive-pain-ain-t-cheap http://wtfck.easyforum.fr/t47-zheng-xiao-poison-and-tears
avatar
Date d'inscription : 03/08/2014
Messages : 259

# J'suis bien mal
Phase 2, sniff


http://wtfck.easyforum.fr/t167-wang-junno-je-crois-qu-en-tout-homme-il-y-a-un-autre-homme-un-inconnu-un-conspirateur-un-ruse-stephen-king http://wtfck.easyforum.fr/t195-wang-junno-come-on-girl-friendshi
MessageSujet: Re: I get a bad personnality when I'm afraid of losing you [Feat. Xiao]   Mar 12 Aoû - 16:48

Parfois j’avais envie de lui demander s’il était possible qu’un jour, lui et moi, devenons de nouveau un couple, s’il était possible de revenir sur le passé pour former ce que l’on avait été autrefois. Bien sûr je n’avais jamais osé poser une telle question, préférant secrètement le demander, à moi-même. Pourtant j’avais eu de nombreuses fois l’occasion de le faire, par exemple, chaque fois que j’avais le sentiment qu’il me revenait, comme avant, comme le Xiao qui restait dans ma mémoire, ou encore comme maintenant, quand je venais lui rendre visite par surprise et que je me retrouvais seul avec lui. J’avais eu beaucoup d’opportunité mais chaque fois, j’avais repoussé le moment venu. Je n’avais pas assez de courage pour lui poser une telle question car je craignais sa réponse. Je manquais cruellement de courage quand cela le concernait, alors que j’étais d’un genre courageux, parfois. Je savais que s’il me répondait, je risquais de sombrer de nouveau dans une profonde tristesse, je risquais, cette fois-ci, de ne plus pouvoir reprendre de l’air frais. De plus, je me savais incapable de lui refaire de nouveau face. Pour le moment j’y étais parvenu, j’avais su revoir son visage en gardant le contrôle de moi-même, j’avais su lui faire face, sans me mettre à lui demander pardon pour quelque chose que j’aurai peut-être fait, de l’avoir abandonné si rapidement, alors qu’au final, c’était lui qui m’avait abandonné. Et c’était certainement là le réel problème.

Je fis un petit sourire, heureux de le voir joyeux, s’il l’était vraiment. Quelque part, cela me réchauffait le cœur. Je ne voulais pas le voir morose, je ne voulais pas voir de larmes coulant sur son visage si parfait. Il ne méritait plus de souffrir, il était passé par tant de souffrances, que les larmes ne devaient plus traverser ses pupilles. Lorsqu’il était triste, je l’étais, et lorsqu’il était heureux, je l’étais aussi. Je me sentais revivre, me revoyant dans, à peu près, le même contexte, il y a quelques années de cela. Mon sourire s’amplifia inconsciemment quand il rajouta une couche sur le fait que ma présence semblait lui plaire, et ce, depuis toujours. ‘’Xiao . . .  Xiao, si tu savais’’ pensais-je. Si seulement il savait que le fait de passer sa langue sur ses lèvres  me rendait fébrile et me faisait divaguer, s’il savait à quel point le goût de ses lèvres me manquait, s’il savait à quel point j’avais envie de lui. Je retins ma respiration et me mordillais nerveusement la lèvre devant cette image de lui, passant sa langue sur ses lèvres. J’étais bon pour l’enfer. « Est-ce que tu peux . . . », ‘’arrêter de passer ta foutue langue sur tes lèvres s’il te plaît, ça me déconcentre’’  avais-je envie d’ajouter, mais je me retins de justesse, détournant immédiatement le regard et chassant mes paroles d’un geste de la main. Heureusement que le thé était fin prêt, me permettant de me concentrer sur autre chose. « Merci beaucoup ! ». J’étais sauvé. Amen.
Tout en buvant une gorgée de mon thé, je l’écoutais attentivement, fronçant de temps en temps les sourcils. Certes j’étais heureux pour lui que tout allait bien, c’était une bonne nouvelle, mais je n’avais pas réellement demandé pour ça. Je m’inquiétais surtout sur sa consommation d’alcool. Les bouteilles d’alcool entreposaient dans son placard ne me rassurait pas. « Oh et bien, je suis content de l’apprendre, je suis heureux de savoir que tout se passe bien pour toi dans ton travail et ne fais pas attention aux personnes capricieuses, il y en aura toujours, malheureusement. . . ». Je me raclais la gorge. « Mais . . . » hésitais-je avant de lever un peu les yeux vers lui, « qu’est-ce que font toutes ces bouteilles dans ton placard ? Ne me dis pas que c’est pour . . .  ta consommation personnelle ? ». Je savais que ça ne me regardait pas, mais j’étais quand même, encore, un ami non ?





+ And hope seems like a promise
There's no way I can hide it's written on my face and all these complications now . . . Maybe I'm afraid to open up and let You in behind the curtain. Maybe I'm afraid of the questions that I know You'd raise what I thought was certain. © caius
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://wtfck.easyforum.fr/t167-wang-junno-je-crois-qu-en-tout-homme-il-y-a-un-autre-homme-un-inconnu-un-conspirateur-un-ruse-stephen-king http://wtfck.easyforum.fr/t195-wang-junno-come-on-girl-friendshi
avatar
Date d'inscription : 25/07/2014
Messages : 484

# Wtf, déjà ?!
Phase 3, tuez-moi


http://wtfck.easyforum.fr/t39-zheng-xiao-overdrive-pain-ain-t-cheap http://wtfck.easyforum.fr/t47-zheng-xiao-poison-and-tears
MessageSujet: Re: I get a bad personnality when I'm afraid of losing you [Feat. Xiao]   Mar 12 Aoû - 22:19


Je m'en voulais constamment, pour un oui ou pour un non, mais surtout par rapport à l'erreur faite vis à vis de Junno. Non seulement je l'aimais comme un fou, et encore aujourd'hui malheureusement, mais en plus, à l'époque, rien ne clochait. On s'aimait, on se considérait réellement comme deux âmes soeurs, enfin moi je nous considérais comme deux véritables âmes soeurs. C'était peut-être niais à mourir de dire ça mais à mes yeux, je considérais ça comme ça. Je n'y pouvais rien, je ne pouvais pas contrôler la niaiserie qui sortait de mon cerveau à cause des sentiments. De plus, d'un côté, notre vie sexuelle était loin d'être ennuyeuse, et il était adorable avec moi. Jamais il ne m'avait fait de mal, au contraire, et je me demandais toujours pourquoi je l'avais abandonné, pourquoi j'avais fais ça. Je me trouvais con. J'avais un mec en or, un mec que j'aimais et qui m'aimais, et la seule chose que j'avais fais, c'était fuir. Fuir tout cet amour pour une raison que j'ignorais encore. Une raison que je ne m'avouais certainement pas. Et aujourd'hui, je ressentais les conséquences de cet abandon. Je ressentais toute les conséquences, cette envie de le prendre dans mes bras, de me lover contre lui, de l'embrasser, de venir mordre son cou ou de juste glisser mes mains dans son dos, d'entendre sa voix chaude me dire qu'il m'aimait. J'avais besoin de lui, mais je n'avais pas le droit de lui dire, je n'avais aucunement le droit de le réclammer auprès de moi après l'enfer que je lui avais sans doute fait subir. Je n'avais plus le droit de rien sur lui. J'avais juste le droit d'espérer, d'espérer qu'il me revienne un jour, d'espérer que je passerais à autre chose un jour, que je le laisserais partir pour de bon. Mais je savais que pour le moment, j'en étais bien incapable.

J'étais nerveux, mais je ne pouvais m'empêcher de me sentir heureux dans un sens de le savoir chez moi, avec moi. Il illuminait ma journée en quelque sorte. Je me sentais bien, même si la nervosité me faisait faire des choses que je ne faisais pas en présence d'autres : comme manger une pomme en plein milieu de l'après-midi, je ne mangeais pas entre les repas, même des fruits, sinon, ça me coupait l'appétit. Mais là, la nervosité faisait que je ne pouvais pas rester sans rien faire, juste à le regarder dans le blanc des yeux. Même si le regarder était une de mes passions favorites du temps où nous étions encore ensembles. Et j'essayais de comprimer toute mes envies, les refoulant le plus possible, les éloignant au maximum. C'était tendu, dans mon esprit. J'avais cette envie de le prendre contre moi contre une envie de rester à distance raisonnable. Ma raison me dictait une conduite et mon coeur -ainsi que mon corps- m'en dictait une autre. Fait chier. Je haussais les sourcils à son début de question. "Je peux quoi donc? " Je croquais un nouveau dans ma pomme avant de la poser sur le comptoir, baissant légèrement la tête tout en repassant ma langue sur mes lèvres. Mes mains s'étaient affairées à lui tendre son thé avant de s'appuyer sur le comptoir. Je lui adressais un doux sourire avant de reprendre ma pomme pour la finir en quelques morceaux rapides. Je finissais par me relever, choppant un verre à ma porté et me servait un verre de jus de fruit - d'ailleurs, j'ignorais que j'en avais jusqu'à maintenant.. Je fis glissé une gorgée dans ma gorge avant de m'étirer et de m'appuyer au comptoir, préférant être debout plutôt qu'assis. "Malheureusement oui.. Mais bon, je m'y attendais hein. Des célébrités pas capricieuses, ça n'existe pas ! Et puis bon, ça met du piment dans ma vie quotidienne. " surtout depuis que tu n'es plus là. Ta gueule Xiao, Ta gueule. Je penchais légèrement la tête sur le côté à son "mais" avant de légèrement grimacer à sa question. Je l'avais senti venir mais bon, je pouvais comprendre sa question. "Le Whisky et le Rhum, c'est ma consommation personnelle. J'ai toujours aimé ses alcools là, et t'inquiète pas, je ne suis pas alcoolique ! Et le reste, c'est juste des restes de soirées avec des amis et parfois, j'en utilise un peu pour des cocktails simples. Mais comme dis, je ne suis pas alcoolique, et je ne bois pas d'alcool tout les jours, à part une ou deux bières voir un verre de vin. "





« BLACK DAHLIA »
come back to realize, looking for anywhere, decide from yourself , dress of skin. Piece of your wish come from the fortune piece of your past will be there©️ .bizzle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://wtfck.easyforum.fr/t39-zheng-xiao-overdrive-pain-ain-t-cheap http://wtfck.easyforum.fr/t47-zheng-xiao-poison-and-tears
avatar
Date d'inscription : 03/08/2014
Messages : 259

# J'suis bien mal
Phase 2, sniff


http://wtfck.easyforum.fr/t167-wang-junno-je-crois-qu-en-tout-homme-il-y-a-un-autre-homme-un-inconnu-un-conspirateur-un-ruse-stephen-king http://wtfck.easyforum.fr/t195-wang-junno-come-on-girl-friendshi
MessageSujet: Re: I get a bad personnality when I'm afraid of losing you [Feat. Xiao]   Mer 13 Aoû - 7:34


Même si Xiao et moi n’étions plus ensemble, j’avais encore la sale manie d’être très inquiet pour lui, d’avoir le désir de le protéger, d’être là pour lui. Il y avait encore une grande partie de moi qui réagissait de la même manière que dans le passé, comme si je devais encore agir comme son petit ami, alors que ce rôle n’était plus le mien. Je savais que ce n’était pas bien et que cela ne m’aidait en rien à l’oublier, que je devais laisser la place à, peut-être, une autre personne, que ce n’était plus dans mes cordes. Je ne pouvais plus le protéger comme je l’avais fait quelques années avant, je ne pouvais plus être en permanence là pour lui, dans ses doutes ou dans ses peines. Je n’étais plus qu’un fantôme. Je ne pouvais pas me permettre de l’accaparer. Ce n’était pas envisageable. Je devais le laisser créer son propre bonheur, sans moi. C’était ce qu’un homme amoureux devait faire, laisser le bonheur de l’autre prendre la place de son propre bonheur. En tout cas, c’était ce que de nombreux films ou livres tentaient de faire transmettre, mais en règle générale, ce n’était pas faisable, ce n’était pas pensable. Vouloir le bonheur de l’être aimé, sans être inclus dans ce bonheur, ce n’était pas possible. Bien sûr, je tentais de me raisonner, de me persuader que si, c’était possible, que je devais le laisser faire sa vie, sans intervenir. Mais c’était tellement difficile, et un jour pourtant, j’allais devoir le laisser, s’en aller.

Inspirant profondément, tentant de calmer les battements de mon cœur, pourquoi est-ce qu’il avait fallu qu’il mange cette pomme et qu’il passe sa langue sur ses lèvres de manière si sensuelle, pourquoi avais-je envie de croquer dans cette pomme moi aussi ? Et de croquer dans ses lèvres aussi ? C’était si difficile de se maîtriser, de ne pas sauter sur ses lèvres charnues. Et le pire était qu’il ne se doutait pas une seule seconde de l’effet que cette scène me faisait. Doutait-il encore de mon attirance pour lui, de mon amour pour lui ? Ou était-il aveuglé, ne voyant pas à quel point je souffrais de l’amour que je lui portais encore ? Relevant doucement les yeux, essayant de ne pas croiser ses lèvres, j’esquissais un sourire. « Oublies ! Tu ne peux rien faire . . . malheureusement ». Heureusement qu’il finit par terminer cette pomme, car quelques minutes de plus, et j’aurai très certainement cédé à la tentation. Finalement, je n’étais pas si malchanceux que ça. Cela était certainement un test et pour le moment, j’étais parvenu à passer ce test.
J’eus soudainement une douleur aiguë au niveau de la poitrine quand, indirectement, il me fit comprendre que sa vie continuait, sans moi. Je ne faisais plus partie de son quotidien et il semblait très bien ainsi. Au moins, il avait su tirer un trait sur nous, c’était sûrement mieux ainsi, pour lui, mais pas pour moi. Je l’enviais quelque part car moi aussi, je voulais un quotidien sans penser à lui en permanence, sans me demander ce qu’il faisait, où il était, avec qui. Il en avait de la chance, moi pas. « Tant mieux si cela te permet de pimenter ta vie, il faut toujours un peu de piment dans sa vie, sinon elle devient monotone » dis-je avec un ton presque robotique, comme si ce que je disais était plus un automatisme qu’une véritable phrase. Tentant de passer à autre chose, je détournais la conversation sur ses bouteilles d’alcool, mais sa réponse ne fit qu’empirer la situation. De un, je n’étais pas très content de savoir qu’il avait une consommation personnelle, que cela soit rare ou non, je n’aimais pas ça, et de deux, je détestais encore plus le fait qu’il utilisait ces bouteilles pour faire la fête . . . avec des amis, donc en résumé, sans moi. « Je vois . . . ». Serrant les dents, je chassais les images qui venaient brusquement de me tourmenter l’esprit. Non, je ne devais pas penser à ça, non je ne devais pas repenser à ce que ce connard m’avait dit, mais c’était trop tard, cela repassait en boucle dans ma tête. « Des soirées avec des amis . . . est-ce que ça finit toujours comme avec  Sae Ho ou lui, c’était une . . . exception ». Et voilà, je l’avais dit, il était trop tard pour faire marche arrière.





+ And hope seems like a promise
There's no way I can hide it's written on my face and all these complications now . . . Maybe I'm afraid to open up and let You in behind the curtain. Maybe I'm afraid of the questions that I know You'd raise what I thought was certain. © caius
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://wtfck.easyforum.fr/t167-wang-junno-je-crois-qu-en-tout-homme-il-y-a-un-autre-homme-un-inconnu-un-conspirateur-un-ruse-stephen-king http://wtfck.easyforum.fr/t195-wang-junno-come-on-girl-friendshi
avatar
Date d'inscription : 25/07/2014
Messages : 484

# Wtf, déjà ?!
Phase 3, tuez-moi


http://wtfck.easyforum.fr/t39-zheng-xiao-overdrive-pain-ain-t-cheap http://wtfck.easyforum.fr/t47-zheng-xiao-poison-and-tears
MessageSujet: Re: I get a bad personnality when I'm afraid of losing you [Feat. Xiao]   Mer 13 Aoû - 20:41


On m'avait souvent dit qu'une page ne se tournait pas mais s'arrachait. Et je haïssais mes amies féminines de m'avoir raconter cette citation, citation qui provenait tout droit de la série niaise qu'était Grey's Anatomy et plus précisément dite par le docteur Sloan ou le docteur Glamour. C'était bien beau de sortir ce genre de citation, mais c'était toujours plus facile à dire qu'à faire. La preuve, j'étais bien incapable de le faire, j'étais incapable d'arracher cette foutue page, j'étais incapable d'oublier, de tirer un trait, sur ma relation avec Junno. Pourtant, c'était ce que j'étais supposé faire, le laisser partir, ne pas lui donner d'espoirs, de pas renouer, et réellement partir de sa vie. Et c'était ce que j'étais parti pour faire en l'abandonnant, en laissant ses années coulées derrière nous, jusqu'à ce que je me rende compte de son absence, du vide qu'il avait laissé et que j'avais créer. Je n'avais pas pu l'empêcher de revenir dans ma vie, je n'avais vraiment pas pu. C'était hors de mes forces. Je pouvais faire beaucoup de choses, beaucoup, mais je ne pouvais pas le repousser, et le faire s'en aller. C'était un plaisir égoïste, c'était purement égoïste, mais je ne pouvais vraiment pas, c'était trop dur. How's my heart supposed to beat without you, c'est ce que je ressentais, c'est ce que je comprenais quand le soir, j'éteignais la lumière, après quelques verres, et que j'étais allongé dans mon lit. Je ressentais ce vide à côté de moi, je ne ressentais plus la chaleur de son corpscontre le mien, je n'entendais plus sa respiration régulière qui me calmait automatiquement, je ne sentais plus sa main dans la mienne, ses doigts s'entrelaçant avec les miens, et ses petits mots doux glissés à mon oreille. Tout ça avait disparu, et c'était ma faute. Je me noyais dans son absence, et je ressentais surtout le poids de mon erreur.

Je penchais la tête sur le côté, tentant de comprendre ce qu'il me disait, mais pas moyen. J'avais plus l'impression de me perdre dans son regard. Je sentais mon esprit se déconcentrer alors que mes ongles s'enfonçaient presque dans le bois du comptoir, je résistais à cette envie, cette envie de venir l'embrasser, de me laisser totalement aller. J'essayais d'écouter cette petite voix dans ma tête qui me disait que c'était mal, que ce n'était pas bien, que ce n'était pas la bonne chose à faire, mais plus le temps passait, plus je commençais à la mettre en sourdine, cette petite voix. Jiminy Cricket n'avait qu'à bien se tenir. "Hm.. Tu .. Tu es sûr? J'ai l'impression que ça te travaille, quand même.. " Je venais martyriser ma lèvre inférieure, nerveux alors que je laissais mes phalanges se détendirent un peu contre le bois du comptoir. Mes muscles se détendaient petit à petit, mes ongles tapant alors légèrement contre le bois alors que je redressais la tête. Je laissais mon regard se détourner à sa question concernant mon boulot. J'essayais d'être le plus positif possible, de ne pas trop en dévoiler. J'adorais mon boulot, mais c'était surtout un échappatoire. Parce que lorsque j'étais seul ici, je ne pouvais m'empêcher de penser à Junno, de penser à mes erreurs. Je tournais comme un lion en cage, et c'et pour cela que je détestais tant mes jours de congés, ou mes vacances lorsque j'étais seul. " Ouais.. J'essaye. Mais bon, c'est pas tout les jours simples, hn. Je pourrais même dire que je me rends réellement compte d'à quel point c'est dur de vivre. " je déglutissais avant de boire une gorgée de mon jus d'orange, mes yeux mi-clos avant de reposer le verre, mes doigts toujours attachés au verre. Sa question sur l'alcool que j'avais m'arracha une grimace alors que je me crispais, et je lui répondais par la vérité. J'aimais l'alcool, ce n'était pas une nouveauté, mais je savais me limiter tout comme je savais m'en passer. Je n'étais pas un ivrogne, j'aimais surtout me faire plaisir, et à mon âge, c'était bien normal d'ailleurs. J'écarquillais pourtant les yeux à sa remarque suivante, me faisant presque tituber. Je le regardais, complètement pétrifié face à sa question avant de tousser, nerveux. " Je.. Je peux savoir comment tu sais ça? Et oui.. C'était une exception, du moins, que je sache.. Il y a des soirées où j'ai des black out, donc je me souviens pas de tout ce que j'ai fais.. " j'étais blessé par sa question pour le coup, pour une raison que j'ignorais, et je me laissais aller contre le plan de travail derrière moi.





« BLACK DAHLIA »
come back to realize, looking for anywhere, decide from yourself , dress of skin. Piece of your wish come from the fortune piece of your past will be there©️ .bizzle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://wtfck.easyforum.fr/t39-zheng-xiao-overdrive-pain-ain-t-cheap http://wtfck.easyforum.fr/t47-zheng-xiao-poison-and-tears
avatar
Date d'inscription : 03/08/2014
Messages : 259

# J'suis bien mal
Phase 2, sniff


http://wtfck.easyforum.fr/t167-wang-junno-je-crois-qu-en-tout-homme-il-y-a-un-autre-homme-un-inconnu-un-conspirateur-un-ruse-stephen-king http://wtfck.easyforum.fr/t195-wang-junno-come-on-girl-friendshi
MessageSujet: Re: I get a bad personnality when I'm afraid of losing you [Feat. Xiao]   Jeu 14 Aoû - 18:04


S’il y avait eu possibilité d’appuyer sur un bouton, dans le cerveau, pour ainsi effacer quelques souvenirs, ceux que l’on désirait, je l’aurai certainement utilisé depuis le tout début, depuis ma rupture avec lui, oubliant ainsi tous les moments passés en sa compagnie, oubliant même jusqu’à son existence. Les choses auraient été beaucoup plus simples pour moi. J’aurai repris ma vie en main. Malheureusement, l’homme n’avait pas encore conçu une telle merveille, cela n’était pas encore possible et cela n’allait sûrement jamais être le cas. Ce n’était pas possible d’oublier une partie de nos souvenirs. Certes, il y avait des individus qui perdaient certaines parties de leur mémoire, qui ne parvenaient pas à créer de nouveaux souvenirs, ou ne se souvenaient pas du passé ou encore ne se souvenaient pas de ce qu’il y avait entre X et X évènements. Mais pour cela, il fallait subir un traumatisme et je n’en avais eu aucun. De toute manière, même si je subissais un traumatisme je n’étais pas certain d’oublier ce que je voulais oublier et puis, je pouvais retomber amoureux de Xiao. J’avais récemment vu un film qui parlait d’un tel sujet. Dans l’histoire la fille avait perdu la mémoire à cause d’un accident, ne se souvenant plus de l’homme qu’elle avait aimé, mais malgré cela, à la fin, elle était encore dans ses bras, à ses côtés, après avoir traversé de nombreux obstacles. Comme quoi . . .

Me pinçant l’intérieur des joues, j’hochais de la tête, mal à l’aise. Bien sûr que ça me travaillait, bien sûr qu’être fixé sur ses lèvres ça me travaillait, me rendant presque fou. Cela ne pouvait pas en être autrement. Mais je ne pouvais pas le lui dire, à quoi bon lui dire, cela ne servait à rien. Je me voyais mal lui dire que c’était à cause de ses lèvres, que j’avais terriblement envie de l’embrasser. « Ne t’en fais pas, c’est rien, c’est . . . de passage ! C’est vraiment rien » insistais-je. Je ne voulais pas continuer sur ce chemin. Heureusement la conversation dévia sur un sujet que je n’aurai jamais pensé quelque peu fâcheux. Pourtant, je n’avais aucune raison de ne pas être très content, au contraire, je devais me sentir heureux pour lui et non en colère, vexé même. Xiao faisait sa vie, point. Je fis quand même un petit sourire, face à sa remarque. Oh que oui, la vie était dure, elle était vraiment très dure quand on n’aimait quelqu’un qui ne nous aimait certainement pas, quand on pensait en permanence en elle, telle une pensée obsédante. Oh que oui la vie était dure quand on se faisait rejeter par l’être aimé, quand celui-ci nous faisait comprendre qu’il ne nous aimait plus, qu’il ne voulait plus de nous. « Fighting Xiao ! La vie est dure pour tout le monde et est faite d’obstacles, quelquefois très . . . douloureux » dis-je en regardant un peu dans le vide.
Le sujet dévia encore plus sur un sujet encore plus déplaisant, un sujet que je n’avais encore jamais abordé avec lui depuis que j’étais au courant. Un sujet qui m’énervait au plus haut point. Juste le fait d’y penser avait le don de me mettre dans un état sans précédent, dans une colère noire. Je sentais mon sang bouillir à l’intérieur chaque fois qu’une image s’affichait devant mes yeux, chaque fois que j’imaginais la scène. J’avais envie de vomir, réellement. Comment avaient-ils pu ? Tous les deux ? Comment avaient-ils osé ? Je revoyais encore le moment où je l’avais appris, j’entendais encore les mots frappés comme un fouet. Cela avait été une des pires choses que j’avais pu entendre au cours de ma vie. J’en avais des frissons, de dégoût. Je n’avais pas compris sur le moment et je ne comprenais toujours pas comment cela avait-il pu se produire. Si je ne l’avais pas appris, pas entendu, pas su les détails, je n’aurai certainement pas détesté, au plus profond de mon âme, Sae Ho, je n’aurai pas eu de telles réactions, je n’aurai pas imaginé, en boucle, la scène, me rendant encore plus hostile et entraînant en moi cette peur qui me faisait perdre la tête. Une peur que je ne devais pas ressentir, à cause de ses retombées, conscientes et inconscientes. « Je le sais, c’est tout ! » dis-je très froidement. « Oh . . . alors ce n’est pas la première fois si je comprends bien ! Avec Sae Ho ou avec d’autres ? C’est ton nouveau petit ami Sae Ho ». Je ne devais pas m’engager sur un tel chemin, c’était périlleux, très périlleux, les conséquences risquaient de faire . . .  mal !





+ And hope seems like a promise
There's no way I can hide it's written on my face and all these complications now . . . Maybe I'm afraid to open up and let You in behind the curtain. Maybe I'm afraid of the questions that I know You'd raise what I thought was certain. © caius
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://wtfck.easyforum.fr/t167-wang-junno-je-crois-qu-en-tout-homme-il-y-a-un-autre-homme-un-inconnu-un-conspirateur-un-ruse-stephen-king http://wtfck.easyforum.fr/t195-wang-junno-come-on-girl-friendshi
avatar
Date d'inscription : 25/07/2014
Messages : 484

# Wtf, déjà ?!
Phase 3, tuez-moi


http://wtfck.easyforum.fr/t39-zheng-xiao-overdrive-pain-ain-t-cheap http://wtfck.easyforum.fr/t47-zheng-xiao-poison-and-tears
MessageSujet: Re: I get a bad personnality when I'm afraid of losing you [Feat. Xiao]   Jeu 14 Aoû - 20:32


Même si au fond, il m'arrivait de vouloir effacer mes souvenirs du temps où j'étais avec Junno, je me rendais compte que ce n'était pas la bonne solution, que ce n'était pas une chose que je voulais vraiment. Les souvenirs de lui & moi étaient les souvenirs que je chérissais le plus au monde. Je possédais toujours l'album photo de nous deux ainsi que ses cadeaux, rangés dans un endroit que personne ne connaissait dans mon appartement, et je ne pouvais me résoudre à le jeter ou à le brûler car c'était rayer de ma vie la seule personne qui m'avait aimé, qui m'avait vraiment regardé au fond. Beaucoup de gens me regardaient, de travers ou dans les yeux ou alors qu'ils passaient au travers de moi, mais lui, il m'avait regardé dans mon ensemble, avec mes défauts et mes maigres qualités. Il avait fait avec, et je l'avais laissé prendre cette place si importante en moi, facilement, subtilement. Alors supprimer les souvenirs de nous n'était même plus envisageable. C'était comme brûler le troisième tome d'une série limité. Aucune chances de le retrouver par la suite, là, c'était pareil, et je ne pouvais pas vu comment je chérissais ses souvenirs.

Je laissais mes doigts remontés le long de mon bras pour venir se loger sur le creux de mon épaule alors que je le regardais, la tête penchée. Comme un chiot qui demandait inconsciemment à son maître ce qu'il avait fait, j'étais dans la même situation. Je me demandais ce qui semblait le travailler autant. C'était de la curiosité mal placée, mais je ne pouvais pas m'empêcher de me faire du soucis pour lui alors qu'au fond, je n'avais pas vraiment le droit de le faire, même en temps qu'ami. " Sûr..? " ma voix se fit douce, comme pour lui assurer qu'il pouvait parler, je n'allais pas le juger ou quoi que ce soit. Mais bon, la conversation tourna sur un autre chemin. Et par nervosité, je n'arrêtais pas de tripoter mon bracelet en tissage noir & bleu foncé qui cachait mon tatouage, un papillon que je m'étais fais peu après ma rupture avec Junno. Je n'avais foi en plus rien, surtout plus en l'amour, et j'avais fais dessiné ce papillon par sa symbolique. Le papillon était éphémère, il ne vivait qu'une journée mais il la vivait pleinement, pour moi, l'amour était pareil, tout comme les choix. Après tout, je me souvenais d'une citation d'un auteur qui disait que les faibles avaient des doutes avant d'agir, et que les forts les avaient après. J'étais un peu pareil. J'avais agis sans avoir de doutes et par la suite, après avoir rompu avec Junno, j'avais eu des doutes, j'avais regretté. Mes regrets qui m'avaient conduis à ce tatouage, toujours très symbolique pour moi. Et je comptais rajouter quelques trucs dessus d'ailleurs, pour le rendre moins vide. " Oui, malheureusement. Certains obstacles sont plus durs à franchir que d'autres, tout comme certains choix apportent des regrets aussi. De mauvais choix. " soufflais-je, faisant clairement référence à mon choix de couper notre relation. Je n'étais pas très fier de mes mots, et de mes actes, mais je ne pouvais pas m'excuser non plus. J'avais juste l'air terriblement stupide en cet instant mais soit.. Le ridicule ne tuait pas, heureusement. Seulement, le choix de la conversation qui suivit fut un mauvais choix, à mes yeux. Je ne pouvais pas croire qu'il savait ça. Je ne pensais pas que Sae Ho aurait oser en parler, il m'avait sembler qu'on avait eu un accord tacite concernant ça : pas un mot à personne, pas un mot à qui que ce soit à propos de toute la soirée qui avait été une terrible erreur de notre part. Je restais le souffle coupé. Je le regardais, mes mains s'aggripant aux rebords du plan de travail alors que je sentais les larmes me monter aux yeux. Je ne pleurais plus, mais là, c'était dur de résister. " C'est lui qui te l'as dis? " ma voix était froide, tranchante, sans aucune once de douceur, quoique légèrement tremblante à cause de la déception & de l'énervement qui commençait à prendre racine. " Bordel.. Je ne supporte pas Sae Ho en général ! Je ne sais même pas ce qu'il s'est réellement passé ce soir là ! Tout ce dont je me souviens c'est de m'être réveillé nu avec lui à côté de moi, c'est tout ! Et non, il est hors de question que ce mec devienne mon petit ami puisque je ne t'ai toujours .. " Je me coupais, comprenant que j'allais faire une erreur. " Laisse tomber. "





« BLACK DAHLIA »
come back to realize, looking for anywhere, decide from yourself , dress of skin. Piece of your wish come from the fortune piece of your past will be there©️ .bizzle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://wtfck.easyforum.fr/t39-zheng-xiao-overdrive-pain-ain-t-cheap http://wtfck.easyforum.fr/t47-zheng-xiao-poison-and-tears
avatar
Date d'inscription : 03/08/2014
Messages : 259

# J'suis bien mal
Phase 2, sniff


http://wtfck.easyforum.fr/t167-wang-junno-je-crois-qu-en-tout-homme-il-y-a-un-autre-homme-un-inconnu-un-conspirateur-un-ruse-stephen-king http://wtfck.easyforum.fr/t195-wang-junno-come-on-girl-friendshi
MessageSujet: Re: I get a bad personnality when I'm afraid of losing you [Feat. Xiao]   Ven 15 Aoû - 17:31



Je ne pouvais réellement pas lui dire pourquoi je semblais si perturber, je ne pouvais pas lui donner de raison valable. Je pouvais très bien mentir, je pouvais dire que c’était ses tasses qui me perturbaient, ou encore la décoration dans sa maison, ou encore le fait qu’il mangeait une pomme, sans donner de détails du pourquoi et du comment. Pour le moment, je ne pouvais que me taire, souriant comme un idiot. « Oui je suis certain, ne t’en fais pas, c’est vraiment rien, quelque chose qui m’a juste traversé l’esprit ». Quelque part, je ne mentais pas et puis de toute manière, je me voyais mal lui mentir, même si j’avais plus de facilités à le faire que dans le passé. Non pas que je lui mentais pour mentir, de manière négative, c’était juste histoire de le préserver de la vérité, et d’ainsi me préserver, aussi. Je ne voulais pas voir sa réaction s’il apprenait que ses lèvres me perturbaient au plus haut point. Il allait très certainement avoir peur, me rejetant de nouveau et coupant, cette fois-ci, tout contact avec moi. Et je ne voulais pas qu’une telle chose arrive, je préférais rester au stade d’ami que de le perdre totalement.
Fronçant des sourcils, je fixais un moment Xiao, après ce qu’il venait de dire, mais baissa assez rapidement mon regard. Je me demandais à quoi il faisait référence et j’avais espoir qu’il faisait référence à notre rupture. Malheureusement, je doutais que cela soit le cas. Il avait raison, il y avait des choix qui étaient clairement plus difficiles que d’autres, comme le fait de l’avoir perdu. Certes, cela n’avait pas été un choix, mais une obligation, en tout cas de mon côté car de son côté, c’était autre chose. C’était lui qui avait fait le choix de se séparer de moi, mais quelque part aussi, c’était moi qui avais fait le choix de partir, presque après, à Busan, après cette douloureuse rupture. J’avais fait le choix d’accepter, sans réellement me battre. Je m’étais peut-être battu, mais pas comme j’aurai dû le faire. Je ne pouvais pas dire que c’était uniquement la faute de Xiao et que je n’avais pas de part de responsabilité, car au final c’était faux. Et puis, je me disais que s’il avait rompu c’était bien pour une raison. Peut-être que je n’avais jamais été à sa hauteur. Avait-il regretté ? Regrettait-il encore ? J’avais espoir que parfois, c’était le cas. C’était égoïste de ma part, malveillant, mais je devais avouer que j’espérais quand même. Cependant même s’il regrettait le passé, cela ne voulait rien dire du tout. Il pouvait y avoir de regrets sans continuité. « Nous faisons tous des mauvais choix Xiao, il suffit juste de revenir sur ces mauvais choix pour qu’ils deviennent des erreurs réparées ! ».

« Ah ça, tu lui demanderas ! ». Me mordant nerveusement les lèvres, je sentais mon sang bouillir de plus en plus. Le fait de penser à Sae Ho et Xiao dans le même lit me faisait hérisser les poils et j’avais envie de casser la gueule de Sae Ho. J’avais envie de revenir dans le passé et d’intervenir avant qu’ils ne fassent la moindre chose tous les deux. Comment avaient-ils pu, tous les deux ? Mon ex petit ami, que j’aimais encore, avec mon colocataire, dans le même lit, sous le même toit ! J’avais vraiment envie de gerber. Chaque fois que je repensais aux mots de Sae Ho, je sentais une colère noire me parcourir le corps. Dire qu’il avait été l’un de ses meilleurs coups, dire qu’il s’était vanté de l’avoir eu en lui. J’étais dégouté, par lui et par Xiao, surtout par Xiao. Serrant les poings, je n’écoutais presque même plus ce qu’il disait, je sentais qu’un sentiment terrible montait en moi, que ce ‘’monstre’’ qui se cachait en moi allait finir par se dévoiler au grand jour parce que oui, chaque fois que j’y pensais, je revoyais le jour où j’avais été abandonné par Xiao et chaque fois, j’avais peur d’être de nouveau abandonné par lui. Alors, en cet instant, ce sentiment grandit en moi, tel un ouragan rasant tout sur son passage. Encore une fois, je craignais d’être abandonné par lui. Mais chaque fois que je ressentais cette peur, chaque fois que cette chose s’imprégnait de moi, je devenais tout autre, parfois consciemment et parfois inconsciemment. Les conséquences étaient sans précédent chaque fois que je devenais cet ‘’autre moi’’.  Je me mis à serrer si fort ma tasse que celle-ci finit par exploser dans ma paume, laissant quelques débris et du sang. « Tu l’as bien baisé ? Ça va tu as pris ton pied ? Il t’a fait jouir comme il fallait ?». Ça y est, l’autre avait finalement pris la place et il était trop tard pour le retenir, il était lancé. Mes mots étaient crus, violents et mon regard semblait avoir changé. Junno le violent, le méchant, était arrivé, malgré moi, perdant ainsi la notion de tout. « Même si ce n’est pas ton petit ami, tu l’as sauté bordel ! TU L’AS SAUTE !!! C’est pour ça que tu m’as abandonné, c’est pour pouvoir te le faire dans ton lit, c’est ça ? ». Dire que ce n’était que le début . . . .




+ And hope seems like a promise
There's no way I can hide it's written on my face and all these complications now . . . Maybe I'm afraid to open up and let You in behind the curtain. Maybe I'm afraid of the questions that I know You'd raise what I thought was certain. © caius
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://wtfck.easyforum.fr/t167-wang-junno-je-crois-qu-en-tout-homme-il-y-a-un-autre-homme-un-inconnu-un-conspirateur-un-ruse-stephen-king http://wtfck.easyforum.fr/t195-wang-junno-come-on-girl-friendshi
avatar
Date d'inscription : 25/07/2014
Messages : 484

# Wtf, déjà ?!
Phase 3, tuez-moi


http://wtfck.easyforum.fr/t39-zheng-xiao-overdrive-pain-ain-t-cheap http://wtfck.easyforum.fr/t47-zheng-xiao-poison-and-tears
MessageSujet: Re: I get a bad personnality when I'm afraid of losing you [Feat. Xiao]   Ven 15 Aoû - 21:33



Je haussais alors les épaules, mes yeux se plissant légèrement alors que ma fossette se creusait en un sourire. " D'accord.. Comme tu veux, mais n'hésite pas hein.. " Si je peux te rendre la vie un poil plus facile, je le ferrais, Jun' ta gueule Xiao. Ma conscience en dit trop, beaucoup trop, et ça m'énerve. Elle me souffle des trucs que je devrais dire, mais qu'au final, je ne peux pas parce que ça ne se fait pas, ça ne se dit pas à un ex. Même un ex que j'aime toujours, je peux pas lui dire parce que ce serait horrible de le faire. Et j'estimes que j'ai été assez horrible avec lui pour en rajouter une nouvelle couche. Je voulais qu'il soit heureux, réellement heureux, pas que ce soit factice et masqué, un réel bonheur, sans moi visiblement. Si ça pouvait être avec lui, j'en serrais ravis au fond, mais au final, est-ce que je l'accepterais? J'en doutais. J'avais beaucoup trop de remords pour pouvoir sortir à nouveau avec lui sans me confondre d'excuses toute les trente secondes. J'étais pathétique comme mec, pi-to-ya-ble, clairement. J'étais un pauvre mec, encore amoureux de son ex qu'il avait plaqué. Ca faisait peine à voir, franchement. Pf. Je me dépitais et me désespérais moi même face à tout ça. J'avais des remords, des regrets face à tout ça, face à ses choix de merde que j'avais eu le malheur de faire en pensant que ça n'aurait aucune conséquence sur moi. Mon cul, j'y pensais presque tout les jours à la merde que j'avais créer en plaquant l'amour de ma vie. J'étais bête, vraiment bête. " Parfois.. Il y a des choix qui sont irréversibles, immuables, et on a beau se confondre en excuses, parfois ça ne change rien, rien du tout.. " Pourtant dieu sait que j'aurais aimé avoir la fierté de le faire, de bouger les choses.. mais j'étais un con fini une fierté mal placée.

Le fait qu'il aborde le fait que je m'étais fais sauté par Sae Ho me choquait, me paralysait complètement. Je ne pensais pas que cette histoire allait ressortir, vraiment. Ca me rendait perplexe face à ce que je pouvais éventuellement dire. Choisir les bons mots, ne pas fondre face à ses yeux meurtriers. Ca faisait mal. Je me sentais trahis, et pris entre deux feux, et je sentais que j'allais pas tarder à me mettre à chialer comme une pauvre fillette. Le cul entre deux chaises, j'aurais voulu disparaître face à la colère que je sentais sortir de son corps. Je l'avais rarement vu énervé, et le peu de fois où je l'avais vu énervé, j'avais regretter de suite tout ce que j'avais dis ou fais, et je m'étais confondu en excuses et pardon jusqu'à avoir son pardon. Seulement, je n'étais plus son copain, et mes coucheries ne concernaient que moi. Enfin, j'aurais voulu être sincère en pensant ça, cependant, ce n'était pas le cas, loin de là. J'étais loin d'être franc et honnête pour une fois. Je m'accrochais au plan de travail comme s'il pouvait m'aider à sortir de cet enfer, comme s'il était la seule chose qui pouvait éventuellement me sauver, me protéger et ce à quoi je pouvais réellement me raccrocher. Je sursautais en voyant la tasse explosée entre ses doigts, et je me reculais encore plus contre le plan de travail alors que je commençais à avoir peur. Il fallait que je garde la face. Je baissais la tête, avant d'inspirer un bon coup et de le regarder droit dans les yeux. " Déjà et d'une, je ne baise jamais, je me fais sauté, je pensais que tu t'en souvenais Junno. Et de deux, je crois que ma coucherie avec Sae Ho ne te regarde pas, Junno. " Je tentais de faire ma voix aussi froide que possible, mais les tremblements de mon ton trahissaient ma peur et ma nervosité qui prenaient peu à peu racines en moi face à ses mots. Ses mots me faisaient mal, et je me retenais de pleurer face à ça. "Non! C'est faux! Je le connaissais même pas à ce moment là ! Putain, tu sais très bien que c'est pas pour ça que je t'ai largué merde. Ce mec.. Je t'ai dis, je le supporte pas en temps normal, je sais même pas comment j'ai finis dans son pieu !"





« BLACK DAHLIA »
come back to realize, looking for anywhere, decide from yourself , dress of skin. Piece of your wish come from the fortune piece of your past will be there©️ .bizzle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://wtfck.easyforum.fr/t39-zheng-xiao-overdrive-pain-ain-t-cheap http://wtfck.easyforum.fr/t47-zheng-xiao-poison-and-tears
avatar
Date d'inscription : 03/08/2014
Messages : 259

# J'suis bien mal
Phase 2, sniff


http://wtfck.easyforum.fr/t167-wang-junno-je-crois-qu-en-tout-homme-il-y-a-un-autre-homme-un-inconnu-un-conspirateur-un-ruse-stephen-king http://wtfck.easyforum.fr/t195-wang-junno-come-on-girl-friendshi
MessageSujet: Re: I get a bad personnality when I'm afraid of losing you [Feat. Xiao]   Sam 16 Aoû - 11:52


Je hochais de la tête comme pour lui dire que oui, que si j’avais envie de le lui dire, j’allais le faire, même si pour le moment, ce n’était pas possible. Heureusement que l’homme n’était pas capable de lire dans les pensées, cela aurait été très problématique. Il aurait tout découvert en une fraction de seconde. Ce genre de pouvoir n’existait que dans les films. Cela aurait été une catastrophe si l’homme avait eu la capacité de lire dans les pensées des autres.
Les phrases que Xiao étaient quelque peu douteuses. Relevant de nouveau mon visage, je tentais de comprendre les expressions de son visage pour peut-être y voir un signe mais je n’étais pas quelqu’un qui parvenait à comprendre les expressions du visage, il m’était donc impossible de comprendre s’il y avait des sous-entendus ou pas dans ses phrases. Est-ce qu’il parlait de notre rupture ou pas ? Faisait-il référence à cette situation ? J’avais quelques doutes car après tout, il ne s’était jamais excusé et là, il parlait d’excuses, ce n’était donc pas possible, mais néanmoins, quelque part en moi subsistait des doutes. Inspirant profondément, je sentis une grande nostalgie me prendre. Est-ce que les choses auraient été différentes s’il avait agi autrement ? Est-ce que les choses auraient été différentes si je ne m’étais pas laissé faire ? Est-ce que les choses auraient été différentes si je n’étais pas parti dans une autre ville ? Parfois je me posais la question, mais personne ne pouvait me répondre et je ne pouvais pas trouver de réponse par moi-même. « Peut-être pas . . . qui sait ! Certaines choses peuvent changer, c’est juste qu’on ne le sait pas toujours et que l’on pense le contraire » dis-je en souriant une dernière fois avant que la situation ne dérape sur autre chose de moins triste ou réjouissant.

Xiao avait raison, cela ne me regardait pas, sa vie sexuelle ou encore sentimentale ne me regardait pas, mais actuellement, je ne le voyais pas ainsi. Pour moi, j’étais amplement concerné, comme s’il était encore mon petit ami, comme si son acte avait signé une forme de trahison, une forme d’abandon aussi. Son aventure avec Sae Ho n’avait fait qu’amplifier mon sentiment d’être totalement abandonné par lui. Il ne voulait plus de moi, je n’étais qu’un simple déchet du passé. « Que tu te fasses sauter ou l’inverse, c’est la même chose » dis-je d’une voix rauque, « et si cela me concerne totalement puisque c’est mon colocataire et que tu es mon pe . . .ex petit ami ! ». J’avais encore du mal à dire ex petit ami, le terme ne m’enchantait guère, surtout dans ce contexte-là. Cela prouvait clairement que j’avais été abandonné par l’homme que j’aimais et que j’aimais encore. Je voyais bien dans ses yeux qu’il avait peur, mais même si ma petite voix intérieure me disait de me calmer, je n’y parvenais pas, c’était impossible. Je sentais que je risquais de faire des erreurs, et des erreurs regrettables. En plus de cela, je commençais à devenir totalement fou, inventant des choses. Je savais pertinemment que Sae Ho n’était pas la cause de notre rupture puisque son aventure avec lui ne datait pas de bien longtemps, mais tout de même, j’avais des doutes. De toute manière, je perdais totalement la tête, doutant de tout, du moindre petit détail même ceux dont j’étais pourtant certain. « Oh alors si je comprends bien tu te retrouves dans le lit de n’importe qui ? C’est pire que ce que je pensais ». Je me levais soudainement, faisant presque les 100 pas dans la salle, m’arrachant presque les cheveux, oubliant que je venais d’éclater une tasse alors qu’en temps normal, je n’étais pas capable d’un tel exploit. C’était étrange de voir à quel point ma force pouvait se décupler lorsque j’étais clairement en colère, lorsque mon degré de colère atteignait le summum. En plus de cela, à cause de ma colère, de ma violence, je ne ressentais aucune douleur au niveau de ma main qui était en sang. Je m’arrêtais un moment de marcher et lançais un regard noir à Xiao, « Vas-y, fais-moi la liste de tous ceux qui t’ont eu dans leur pieu depuis notre séparation, que je rigole bien ! Je suis même certain que tu as du en avoir pendant notre relation » rajoutais-je en rigolant presque alors que mes yeux devenaient presque rouges de colère.





+ And hope seems like a promise
There's no way I can hide it's written on my face and all these complications now . . . Maybe I'm afraid to open up and let You in behind the curtain. Maybe I'm afraid of the questions that I know You'd raise what I thought was certain. © caius
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://wtfck.easyforum.fr/t167-wang-junno-je-crois-qu-en-tout-homme-il-y-a-un-autre-homme-un-inconnu-un-conspirateur-un-ruse-stephen-king http://wtfck.easyforum.fr/t195-wang-junno-come-on-girl-friendshi
avatar
Date d'inscription : 25/07/2014
Messages : 484

# Wtf, déjà ?!
Phase 3, tuez-moi


http://wtfck.easyforum.fr/t39-zheng-xiao-overdrive-pain-ain-t-cheap http://wtfck.easyforum.fr/t47-zheng-xiao-poison-and-tears
MessageSujet: Re: I get a bad personnality when I'm afraid of losing you [Feat. Xiao]   Sam 16 Aoû - 13:28


Je finissais par abandonné. S'il me disait qu'il n'y avait rien et que c'était de passage, techniquement, je n'avais pas de quoi m'inquiéter, alors je me taisais juste. Et j'abandonnais. C'était bête, mais je ressentais à nouveau ce sentiment que je détestais particulièrement : ce sentiment d'être lâche. Ce n'était pourtant que quelques mots et pourtant, je ressentais à nouveau ce que j'avais ressenti après ma rupture avec Junno. C'était l'après coup & ses conséquences désastreuses qui me tordaient l'estomac à en vomir. Je me sentais ridicule de penser à ce genre de choses, et pourtant.. Je n'y pouvais pas grand chose. Si mon esprit avait décidé de raviver toute ses choses, je ne pouvais qu'essayer de les refouler et les enfouir au plus profond de mon être de façon à ce que rien ne ressorte réellement, et que rien ne se voit sur mon visage. Je savais que certaines de mes émotions passaient par mes yeux, rapidement, d'une manière vive et assez imprévisible, mais je faisais tout de même attention à ce que mes traits ne se crispent pas pour tel ou tel mot ou expression dite. J'avais façonné mon visage et mon esprit pendant des années pour que presque rien ne soit lisible sur mon visage, je ne voulais plus être le gamin que l'on connaissait juste en regardant son visage et ses traits, celui que l'on pouvait lire comme un livre ouvert. J'avais trop souffert de mon innocence, de ma naïveté, et de ma faiblesse, et de la manipulation des autres, c'était un temps résolu. Et le bourreau était devenu ma victime, et la victime était devenu bourreau. Pas de bol, mais comme on dit toujours, la roue tourne. Je penchais à nouveau la tête à ses mots avant de cligner légèrement des yeux alors que ma fossette se creusait d'un sourire en coin. " Tu as sans doute raison. Mais j'aimerais que certaines choses changent, que je répares certaines de mes plus grosses erreurs, mais bon.. Ce n'est pas toujours si facile d'arranger les choses. " je soufflais, laissant clairement sous-entendre ma lâcheté, et surtout ma peur de me remettre avec lui, et surtout.. Que c'était de notre rupture dont je parlais. J'aurais préféré que le sujet reste là dessus, mais bon..

Je voyais Junno virer au rouge, il voyait totalement rouge, et je le sentais. L'atmosphère de la pièce devenait lourde, pesante, alors qu'il s'énervait, me faisant de plus en plus peur. Si j'avais pu, je me serrais caché dans un trou pour n'en ressortir que dix ans plu tard, lorsque tout se serrait tassé. Seulement, je ne pouvais pas perdre la face face à lui, il fallait que je sois fort, que je ne me laisse pas dominer comme à l'époque. J'étais capable de me tenir droit et de dire ce que je pensais sans fondre en larmes, seulement, avec Junno, tout était différent. Je prenais tout ce qu'il disait à mon sujet au pied de la lettre, et les larmes venaient bien plus rapidement puisque tout ce qu'il me disait me touchait encore plus que si c'était un inconnu dans un bar. " Et alors? C'est pas parce que je suis ton ex que tu dois mettre ton nez dans mes affaires, notamment dans mes déboires sexuels & mes conquêtes d'un soir ! et surtout, venir me les reprocher comme si on était encore ensemble ! Junno, tu te rends compte que tu n'as plus rien à me dire là dessus? Je sais, c'est moi qui t'ai laissé tomber, et je regrette ! mais ça ne te donne pas la permission de venir me balancer à la gueule ce que j'ai fais avec Sae ho! On est des adultes, il était consentant et je l'étais également visiblement, ça ne regarde que nous ! " Je m'étais légèrement rapproché, mes mains se tenant alors sur le comptoir face à moi alors que ma voix s'était légèrement cassée sur mes derniers mots. C'était dur de dire ça, mais comme je l'avais dis, je n'étais pas prêt à avouer la vérité qui sommeillait au fond de moi, et encore moins à l'avouer à Junno. A sa remarque suivante, je lâchais soudainement le comptoir pour passer mes mains dans mes cheveux, tirant sur quelques mèches tout en me retournant. " Est-ce que tu m'écoutes un peu? Je t'ai dis que je ne me souvenais pas toujours de tout ce qu'il se passait ! Mais jamais, à part la fois avec Sae Ho, je me réveillais ailleurs que dans mon lit, seul ! Il n'y a eu qu'avec Sae Ho que je me suis réveillé dans mon lit avec lui, c'était la seule fois ! Écoutes moi merde ! " Je tirais sur mes mèches de cheveux, et m'éloignais de la cuisine pour chopper le paquet de cigarettes qui trainait sur la table basse, m'en allumant une après avoir ouvert une fenêtre. La nicotine se propageait à une vitesse folle, et réussissait à me calmer légèrement face à l'énervement que ses mots créait en moi. Je tirais nerveusement sur le cylindre blanc, et je faisais tomber la cendre dans un cendrier en tapant sur le filtre de couleur caramel. Je faillis m'étouffer avec ma fumée à ses mots, et je me tournais vers lui, dépité. " Est-ce que tu te fiches de moi, Junno?" soufflais-je à mi voix, complètement paralyser. " J'suis peut-être un con, un lâche, un abruti de premier, ou un connard, qu'importe l'adjectif que tu me donneras, mais je suis pas infidèle ! Je l'ai jamais été ! Je n'ai toujours aimé que toi, aujourd'hui ou avant ! et jamais, oh grand jamais, j'aurais été capable de te tromper ! et je n'en avais même pas l'envie, je n'en ai jamais eu l'envie, putain. " j'étais sidéré par ce qu'il me disait.






« BLACK DAHLIA »
come back to realize, looking for anywhere, decide from yourself , dress of skin. Piece of your wish come from the fortune piece of your past will be there©️ .bizzle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://wtfck.easyforum.fr/t39-zheng-xiao-overdrive-pain-ain-t-cheap http://wtfck.easyforum.fr/t47-zheng-xiao-poison-and-tears
avatar
Date d'inscription : 03/08/2014
Messages : 259

# J'suis bien mal
Phase 2, sniff


http://wtfck.easyforum.fr/t167-wang-junno-je-crois-qu-en-tout-homme-il-y-a-un-autre-homme-un-inconnu-un-conspirateur-un-ruse-stephen-king http://wtfck.easyforum.fr/t195-wang-junno-come-on-girl-friendshi
MessageSujet: Re: I get a bad personnality when I'm afraid of losing you [Feat. Xiao]   Dim 17 Aoû - 14:07



Xiao avait raison, on faisait tous des erreurs que l’on avait le désir de réparer, mais malheureusement, cela n’était pas toujours possible. Dans la vie on faisait tous des choix qui engendraient des conséquences immuables. La vie était ainsi faite, on ne pouvait pas toujours faire les bons choix, et puis de toute manière, pour avancer, il fallait faire des erreurs. On ne pouvait pas toujours avoir raison sur ses choix. Me mordant la lèvre, je me mis à penser à toutes les erreurs que j’avais pu faire et que je voulais réparer, je me demandais si, pendant ma relation avec Xiao, j’en avais fait, des erreurs. Peut-être que c’était pour ces raisons qu’il m’avait quitté, qu’il avait rompu. Il était trop tard pour revenir sur mes erreurs, elles étaient faites et même si j’avais le désir de les changer, si cela était le cas, je ne pouvais pas, c’était trop tard. « Tu as raison », dis-je l’air résigné, « mais il faut prendre cela peut-être d’un côté positif, les erreurs permettent d’avancer et nous permettent aussi de ne plus les faire ». J’avais envie de lui demander quelles erreurs il avait fait pour regretter autant, mais je ne voulais pas me donner de faux espoir, je ne savais pas s’il parlait de ‘’nous’’ ou d’autre chose.

Je n’aimais pas du tout lorsque cet ‘’autre moi’’ faisait son apparition, que cet ‘’autre moi’’ prennait finalement la place du moi habituel, qu’il le remplaçait et ce, pour une durée indéterminée. Cette autre partie de moi ne se révélait que dans certaines circonstances, sans que je ne puisse contrôle ce changement. Je n’étais pas capable d’expliquer l’origine de ce changement de personnalité. De plus, et le pire dans tout ça, je n’avais absolument pas conscience de ce revirement de comportement, ou alors très peu. Parfois je me souvenais de ce que j’avais fait ou encore dit, mais parfois c’était le blanc total, comme si mon cerveau ne désirait pas s’en rappeler. J’avais peur de moi-même, chaque fois que j’y repensais, je me demandais comme un tel être, comme moi, pouvait si brusquement changer dans ses manières d’être. J’avais essayé de trouver des réponses à mes questions et puis, je m’étais dit que cela devait juste être une part de moi enfouie, que je ne désirais juste pas montrer aux autres, ou en tout cas, quotidiennement.  Et malheureusement, aujourd’hui, en cet instant précis, cet autre moi était mis en route et prenait de plus en plus de place. Mon ‘’moi quotidien’’ tentait de me raisonner parce que je ne voulais pas faire peur à Xiao, parce que je ne voulais pas qu’il m’abandonne encore plus, mais justement, au lieu de me calmer, cela ne faisait qu’accroître mon énervement puisque ma peur d’être de nouveau abandonné ne faisait que se développer. Et bien sûr, cela avait des retombées. Xiao ne semblait pas vouloir se laisser faire, il semblait déterminer à dire son mot. Et la suite de la conversation me fit plus de mal que je ne l’aurai imaginé. J’avais l’impression qu’il venait d’enfoncer une arme dans ma poitrine, que je venais de sombrer dans le noir complet, la lumière ne pouvant réapparaître.  Je n’avais plus rien à faire dans sa vie, je ne devais pas m’occuper de ses affaires, je ne faisais plus partie de sa vie, j’étais son ex petit ami et non son actuel petit ami et il était consentant à l’acte avec Sae Ho. Aïe, ça faisait mal, très mal. Je me demandais si après cette conversation j’allais me remettre d’autant émotions. Le mieux était que j’oublie totalement. Entendre ces mots, cela me faisait revenir à la dure réalité, me faisait clairement comprendre qu’il n’y avait plus de chance. Les derniers espoirs venaient d’éclater en mille morceaux. « Outch, Outch, Outch » dis-je en donnant un coup sur ma poitrine qui me faisait brusquement mal. Ma colère venait presque d’être stoppée nette même si elle était encore présente, mais là, actuellement, j’avais envie de m’isoler, seul, de ne voir personne. L’infernale boucle risquait de recommencer, je risquais de sombrer de nouveau et ce, pour encore, une durée indéterminée. Je me mis alors à rire, de manière nerveuse. « Je ne suis qu’un idiot !  Pardon Monsieur d’avoir eu une once d’intérêt pour votre vie, désolé d’avoir voulu rentrer dans votre cercle privé, c’est vrai que je ne fais plus partie de votre vie et que vous ne faîtes plus partie de la mienne, c’est vrai que nous n’avons aucun compte à nous rendre, suis-je bête ! Nous ne sommes plus ensemble et nous ne le saurons plus jamais ! Ahahaha, je suis vraiment con de m’intéresser à vous alors que vous, vous n’en avez que faire. Je ne sais même pas pourquoi je me sens si concerné, je ne referai plus JAMAIS cette erreur . . . jamais ».
Je ne voulais plus rien entendre, plus rien écouter, j’allais devenir fou, ma colère grondant en moi de plus en plus. Ça m’arrachait l’âme, le cœur, la poitrine, d’entendre ses mots. La situation avait dérapé si vite et je me sentais tellement en colère, contre moi-même et contre Xiao, qui ne voyait pas à quel point je l’aimais et que c’était pour cette raison que je réagissais ainsi. Parce qu’il m’avait toujours abandonné alors que moi, je ne l’avais jamais fait. J’étais toujours là, à me soucier de lui, et finalement je ne récoltais rien, que des mots impossibles à entendre, insupportables à écouter. Bien sûr, je l’écoutais, mais c’était dur pour moi, du coup je n’entendais qu’une partie des phrases, mon cerveau effaçant quelques mots. Même si Sae Ho était la seule fois, même s’il ne l’aimait pas en général, ça me faisait quelque chose, ça me faisait mal, ça m’énervait, je ne pouvais rien y faire et je ne disais que des conneries, doutant de tout. Bien sûr que je savais qu’il ne m’avait jamais trompé, en temps normal je ne doutais pas de sa fidélité, en tout cas lorsque l’on était ensemble, mais j’étais dans un tel état à l’heure actuelle que je ne savais plus qui et quoi croire. Je m’approchais de lui et lui arrangeais brusquement la cigarette qu’il tenait dans sa bouche. Je détestais le voir fumer, surtout maintenant. On était en pleine conversation, enfin dispute plutôt, et lui, il ne pensait qu’à fumer. Je l’attrapais brusquement par le poignet, le serrant très fort dans ma paume. « Alors, POURQUOI ? POURQUOI TU M’AS ABANDONNE ? POURQUOI PUTAIN ?».



Spoiler:
 



+ And hope seems like a promise
There's no way I can hide it's written on my face and all these complications now . . . Maybe I'm afraid to open up and let You in behind the curtain. Maybe I'm afraid of the questions that I know You'd raise what I thought was certain. © caius
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://wtfck.easyforum.fr/t167-wang-junno-je-crois-qu-en-tout-homme-il-y-a-un-autre-homme-un-inconnu-un-conspirateur-un-ruse-stephen-king http://wtfck.easyforum.fr/t195-wang-junno-come-on-girl-friendshi
avatar
Date d'inscription : 25/07/2014
Messages : 484

# Wtf, déjà ?!
Phase 3, tuez-moi


http://wtfck.easyforum.fr/t39-zheng-xiao-overdrive-pain-ain-t-cheap http://wtfck.easyforum.fr/t47-zheng-xiao-poison-and-tears
MessageSujet: Re: I get a bad personnality when I'm afraid of losing you [Feat. Xiao]   Dim 17 Aoû - 21:03


Je ne pouvais m'empêcher d'esquisser un léger sourire montrant mon malaise face à notre conversation. Ce n'était pas que cette conversation me rendait mal à l'aise, mais je me sentais terriblement faible, je me sentais encore plus faible et lâche que je ne l'étais déjà. J'avais l'impression d'être poignardé par plusieurs poignards à la fois, parce que je revisitais tout mes souvenirs, tout ses souvenirs avec lui & mes nombreuses erreurs et surtout la plus meurtrière de toute : le fait que je le largue. J'avais l'impression que le sol allait disparaître, se dérober sous mes pieds pour me faire plonger dans un néant dont j'ignorais l'existence. Ou me faire plonger dans un monde que j'ignorais où je serais juger sur mes erreurs avec Junno. Mes regrets ne changeaient pas le passé, ne changeaient pas ce que j'avais fais et ne le changerait jamais. Le passé restait le passé, et qu'importe notre volonté, on ne pouvait pas le changer, il était totalement immuable. C'était un ride or die, continuer à avancer ou se morfondre sur les erreurs passées. J'avais choisi la première option, ou du moins, j'avais essayé de continuer à avancer. " C'est vrai. En faisant des erreurs que l'on regrette, on apprend à ne plus refaire la même erreur.. " soufflais-je avant de passer une main dans mes cheveux, un nouveau soupir passant la barrière de mes lèvres. Si seulement tout cela suffisait.

Seulement, en l'espace de quelques mots, de quelques secondes, j'avais vu la personnalité de Junno changer du tout au tout. Il devenait presque violent, surtout dans ses mots. Il me faisait presque peur, et je n'avais qu'une envie : fuir. Fuir à nouveau, comme un lâche, mais je ne pouvais pas. J'étais chez moi, et fuir de chez moi, c'était ridicule. Et même si le ridicule ne tuait pas, je ne voulais pas m'affliger ce genre de ridicule, j'avais mes limites. Je ne comprenais pas pourquoi il avait changé si subitement, et c'était comme s'il avait tout retenu en lui pour me le relancer en ce moment. Tout ce qu'il avait gardé en lui pendant des années, il me le balançait en pleine poire maintenant, et ça faisait mal. J'avais la poitrine qui me brûlait, mon coeur qui battait à m'en faire mal, et je sentais de plus en plus les larmes venir brûler mes paupières lourdes. Mais je me retenais, parce que je savais que j'avais déjà été bien trop faible, et que je ne voulais surtout pas redevenir la petite chose fragile que j'avais été il y a de ça des années. J'avais tout fait pour devenir quelqu'un de plus fort, j'avais abandonné tout ce qui me terrifiait, j'avais abandonné mes anciens amis, j'avais abandonné tout ce qui m'entravait et me retenait à mon "ancien moi" pour devenir plus fort. Je m'étais créé une carapace pour que plus rien ne me touche comme avant, pour que je sois véritablement plus fort. Et là, avec Junno qui me criait dessus, je sentais mon "ancien moi" revenir à la charge. [i] Chasser le naturel et il revient au galop [/b] comme on dit, ce n'était pas plus vrai que maintenant. Je regrettais tout les mots que j'avais eu le malheur de lui dire en criant, sur le fait qu'il ne faisait plus parti de ma vie parce que c'était faux. Tout ça, c'était faux, c'était un pur mensonge. Il faisait toujours parti de ma vie, d'une manière ou d'une autre, il était toujours là, en moi. Que ce soit dans mon coeur ou dans mon esprit, il était là. Sa présence était permanente, et je ne l'avais pas autant ressenti qu'aujourd'hui, face à ses mots. Je me rendais aussi compte de la méchanceté dont j'avais fais preuve. " Non putain.. C'est pas ce que je voulais dire Junno.. Je.. Pardon, merde. " la petite chose fragile refaisait surface à une vitesse incroyable face à la violence de ses mots. Et la seule chose que j'avais trouvé pour me calmer, pour calmer toute ses émotions qui arrivaient trop rapidement, c'était fumer. Mon paquet de cigarettes n'était pas loin, et je n'avais pas pu m'empêcher de m'en allumer une pour me calmer, pour essayer de calmer mes nerfs qui commençaient à lâcher. Ma carapace se fissurait, petit à petit, et je sentais déjà des morceaux tombés pour me laisser à nu. Bientôt, je ne sentis plus mon cône de nicotine entre mes doigts, mais la main de Junno autou de mon poignet. Je fermais les yeux, attendant qu'il arrête de hurler. Les larmes commençaient réellement à monter et vouloir sortir. Je soufflais un bon coup, et tentais de retirer mon poignet de son emprise avant de rouvrir les yeux, quelques larmes perlant sur mes longs cils. " Parce que j'avais peur putain ! J'AVAIS PEUR ! Tout cet amour, ça me faisait putain de peur ! J'était terrifié à l'idée que ça puisse me détruire un jour, et avec tout ce que j'avais vécu, je voulais pas être détruis à nouveau ! J'en avais assez bavé ! Je.. Je voulais pas subir ta déception, ou même pire, ton abandon pour un autre ! J'avais peur putain, Junno, j'étais terrifié et c'est la seule chose que j'ai pu faire ! " je criais presque. Je tirais une dernière fois et me libérais de son emprise pour me mettre dos à lui, mes mains nerveuses passant sur mes cheveux avant que je ne m'éloigne légèrement en prenant une grande inspiration.



Spoiler:
 




« BLACK DAHLIA »
come back to realize, looking for anywhere, decide from yourself , dress of skin. Piece of your wish come from the fortune piece of your past will be there©️ .bizzle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://wtfck.easyforum.fr/t39-zheng-xiao-overdrive-pain-ain-t-cheap http://wtfck.easyforum.fr/t47-zheng-xiao-poison-and-tears
avatar
Date d'inscription : 03/08/2014
Messages : 259

# J'suis bien mal
Phase 2, sniff


http://wtfck.easyforum.fr/t167-wang-junno-je-crois-qu-en-tout-homme-il-y-a-un-autre-homme-un-inconnu-un-conspirateur-un-ruse-stephen-king http://wtfck.easyforum.fr/t195-wang-junno-come-on-girl-friendshi
MessageSujet: Re: I get a bad personnality when I'm afraid of losing you [Feat. Xiao]   Lun 18 Aoû - 14:39



C’était étrange à quel point la conversation avait changé de registre. Je n’étais pas, à la base, venu pour parler de regrets, de remords, d’erreurs et ainsi de suite. Je sentais que l’atmosphère était devenue plus triste, avec un brin de mélancolie. Mon cœur battait à rythme irrégulier à cause de tous les souvenirs qui défilaient dans mon esprit. Des souvenirs encore emprunts de douleur, des regrets de ne pas avoir eu le temps de faire certaines choses avant que cela ne soit trop tard. Il y avait tellement de choses que j’avais voulu dire à Xiao, tellement de choses que j’avais voulu faire avec lui, mais quand j’avais réalisé tout ça, c’était déjà terminé. Inconsciemment, je me promettais de ne plus faire les mêmes erreurs que j’avais fait avec lui, de toujours vivre le jour au jour, sans jamais penser au lendemain pour ne plus rien regretter. J’avais appris du passé, cela allait très certainement me servir dans le futur, enfin je l’espérais, ce n’était pas toujours facile d’apprendre de ses propres erreurs. Et même qu’en général, l’homme avait tendance à faire les mêmes erreurs, sans même s’en rendre compte. « Alors tu sais maintenant qu’il ne faut plus faire les mêmes erreurs, tout comme moi je le sais !! Croisons les doigts pour que cela nous serve réellement de leçon ». Oui, croisons vraiment les doigts.

Je me sentais presque débile à m’être autant inquiété, à avoir démarré au quart de tour comme ça, alors que je voyais bien qu’au final, il en avait que faire de ce que je ressentais, du pourquoi je réagissais aussi violemment. Même si j’avais toujours su que je ne faisais plus partie de sa vie, que ses affaires n’étaient plus les miennes, une part de moi, une grande part même, pensait toujours que c’était le cas, et là, le fait d’entendre une telle chose me réveillait brutalement de ma somnolence. Au moins, pour lui, les choses étaient claires. J’étais exclu de sa vie et il avait raison. Je devais juste me faire à cette idée. Au moins, cette dispute aura servi à quelque chose, me faire ouvrir les yeux sur certaines choses, en espérant me souvenir des mots de Xiao. De toute manière, je ne pouvais pas les oublier, car même si mon cerveau allait me faire oublier cette journée, mon cœur lui, n’allait jamais oublier. Ceci dit, cela ne m’empêchait pas de me sentir si mal. Toutes ces années à l’aimer encore, à espérer encore . . . toutes ces années n’avaient servi à rien, la vérité venait d’éclater. Même si c’était dur à accepter, au moins là, les choses avaient été très claires. Je ne devais plus jamais intervenir. Il avait beau dire que ce n’était pas ce qu’il avait voulu dire, je savais que quelque part, c’était faux, c’était justement ce qu’il avait voulu dire. Souvent, sous le coup de la colère on avait tendance à dire la vérité, blessante soit-elle. Certes, parfois, on disait aussi des choses que l’on ne pensait, mais c’était des cas rares. Il pouvait dire ce qu’il voulait, s’excuser, me demander pardon, de toute manière, il avait raison, même si c’était très dur à avaler. Inspirant profondément, je sentis enfin une douleur au niveau de ma main, comme si la douleur venait d’apparaitre en même temps que la douleur à mon cœur, comme si tout ressortait par ma main. « Tu n’as pas à t’excuser Xiao. Tu n’as fait que dire la vérité, je dois juste l’accepter et m’y faire ».
J’aurai voulu l’attraper autrement, le tenir autrement, surtout que je sentais qu’il n’aimait pas ça, mais je n’y pouvais rien, mes impulsions étaient trop fortes. Je voulais l’entendre dire enfin pourquoi il m’avait abandonné, si lâchement, pourquoi avait-il rompu ? Je n’avais jamais compris, je n’avais jamais eu de réelles explications et aujourd’hui, je sentais que c’était le moment de savoir, enfin. Je lâchais légèrement mon emprise quand je crus apercevoir quelques larmes sortir de ses yeux. Merde, voilà qu’il se mettait à pleurer. Mais avant que je ne puisse dire quoi que ce soit, Xiao finit par me révéler pourquoi il m’avait quitté, enfin, en tout cas, c’est ce qu’il me donnait comme explication. J’étais choqué par son explication. Je ne savais pas vraiment ce que je devais ressentir, de la déception, de la peine, de la compréhension, de la crainte ? Je ne savais pas du tout ce que je devais penser. Je le comprenais, c’était certain. Avoir peur d’être aimé, de recevoir de l’amour, de se détruire par l’amour, c’était normal. Mais quelque part, je lui en voulais parce que cela voulait dire qu’il n’avait jamais réellement eu confiance en notre amour, peut-être que s’il m’en avait parlé, au moins une fois, on aurait essayé de faire quelque chose pour ça. J’avais le sentiment qu’il n’avait jamais eu confiance en ‘’nous’’. Jamais je n’aurai été capable de l’abandonner et la preuve était que malgré sa rupture avec moi, je l’aimais encore et même maintenant en sachant la raison de la rupture. J’avais l’impression qu’il avait préféré rompre, tel un lâche, au lieu de trouver une solution. Je savais que certaines décisions étaient difficiles à prendre, mais là, il avait préféré fuir au lieu d’y faire face. Pour lui, notre amour se résumait à ça ? D’un côté, je ne pouvais pas lui en vouloir, mais je lui en voulais quand même un peu. « Je vois » dis-je après un long silence, gardant mon regard posé sur son dos. « Alors tu as préféré rompre au lieu de m’en parler, au lieu d’y faire face . . . pour toi notre amour n’était peut-être pas assez fort ? Peut-être que pour toi il n’a jamais signifié grand-chose ? Mais pour moi, il a toujours signifié quelque chose et jamais je ne t’aurai abandonné parce que j’avais de telles craintes ». Je fis un pas en arrière, non pas parce que je voulais m’éloigner de lui, ou peut-être un peu, mais par mimétisme. « Je te comprends mais . . .  pas entièrement. Une part de moi ne parvient pas à comprendre. Si tu m’avais réellement aimé, tu n’aurais pas eu assez de courage pour rompre. Je préférais encore quand je croyais que c’était par amour pour un autre ».



+ And hope seems like a promise
There's no way I can hide it's written on my face and all these complications now . . . Maybe I'm afraid to open up and let You in behind the curtain. Maybe I'm afraid of the questions that I know You'd raise what I thought was certain. © caius
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://wtfck.easyforum.fr/t167-wang-junno-je-crois-qu-en-tout-homme-il-y-a-un-autre-homme-un-inconnu-un-conspirateur-un-ruse-stephen-king http://wtfck.easyforum.fr/t195-wang-junno-come-on-girl-friendshi
avatar
Date d'inscription : 25/07/2014
Messages : 484

# Wtf, déjà ?!
Phase 3, tuez-moi


http://wtfck.easyforum.fr/t39-zheng-xiao-overdrive-pain-ain-t-cheap http://wtfck.easyforum.fr/t47-zheng-xiao-poison-and-tears
MessageSujet: Re: I get a bad personnality when I'm afraid of losing you [Feat. Xiao]   Lun 18 Aoû - 20:55



J'eus un léger sourire à ses mots, un sourire légèrement mélancolique car je me disais que de son côté, il m'avait oublié en un sens, qu'il avait tout oublié alors que ce n'était pas mon cas. C'était purement égoïste, et je m'en voulais de l'être autant alors que c'était moi qui avait tout fait foirer. J'étais ridicule. J'étais un pauvre mec ridicule qui se retrouvrait confronté à ses sentiments les plus enfouis et qui ne savait pas quoi en faire à part dire des conneries à propos de regrets, de remords, de déception, et d'erreurs. C'était limite pitoyable, et je me sentais pitoyable et pathétique au plus haut point. Comment pouvais-je être comme ça alors que c'était moi qui avait décidé de tout briser? De faire l'erreur la plus magistrale de ma vie? Même mes mères étaient déçues de mon comportement face à ça, même si j'avais pleuré dans leur bras pendant des heures et des heures après avoir fait ça. Des larmes de regrets, avec des doutes et des incertitudes qui me revenaient en pleine tronche. J'avais été pitoyable et je l'étais toujours. Ma soeur ne comprenait pas que je sois devenu ainsi, elle ne comprenait pas mon choix d'avoir tout casser avec Junno, et surtout, elle ne comprenait pas que je n'ai pas fais marche arrière quand j'avais compris que j'avais fais de la merde. Et je ne pouvais même pas lui expliquer. Je me fondais simplement dans un mutisme décevant et puéril où je regardais le sol ou je partais de la pièce, mais jamais je m'étais confronté à elle et à des explications sur ce que j'avais fais. " Ouais, faut que ça serve de leçon.. " soufflais-je, légèrement blasé par tout ce qui se passait dans ma tête à ce moment là. Ce qui me restait d'optimisme avait totalement disparu.

Et là encore, j'avais foiré. Sous le coup de la colère, le contre coup de son énervement, j'avais dis des choses que je ne pensais pas, j'avais dis l'inverse de ce que je voulais vraiment. Encore une erreur à ton compteur Xiao, bravo. Ma conscience m'avait hurlé de dire ça, parce que c'était ce que je devais faire pour qu'il tourne la page, et ma bouche avait suivit le mouvement, sans protester alors que mon coeur me hurlait de dire autre chose, de dire la vérité, mais non. Ma conscience et ma pseudo raison avait eu raison de moi et j'avais balancé ses horreurs, et je regrettais déjà chaque mots que j'avais eu le malheur de prononcer. Mon coeur se serrait, et j'avais mal à la poitrine en pensant à ce que j'avais dis, aux horreurs que j'avais dis. Je n'en revenais pas d'avoir dit ce genre de choses, et pour le coup, je me dégoûtais. J'étais dégoûté de ce que j'étais, de ma lâcheté et de mon hypocrisie. J'étais sonné, paralysé, tétanisé par ce que j'avais dis, et je voyais que ce que j'avais dis le touchait aussi, et je n'avais qu'une envie : le serrer dans mes bras et lui assurer que tout ça n'était que des conneries, que je n'avais pas voulu dire ça. Mais non, je restais là, les bras tombant le long de mon corps, incapable de bouger avant de réaliser l'absurdité de mes propos. Mes excuses étaient étouffées, et je n'arrivais qu'à peine à former une phrase correcte, tout sonnait faux alors que pour une fois, c'était la réalité. " Non Junno.. C'est pas ce que je voulais dire, je suis désolé.. Je voulais pas dire ça, je te jure.. C'est des conneries, je sais pas pourquoi j'ai dis ça.. " Ma voix était cassée, et mes mains tremblantes cherchaient à s'accrochées à quelque chose de stable pour éviter que je ne tombe. Parce que je sentais que j'allais tombé, que j'allais m'effondrer, parce que je l'étais : effondré. J'avais du mal à réaliser l'horreur de mes propos, et même si normalement, ça aurait dû être la vérité, ça ne l'était pas pour moi. Je l'aimais toujours, je voulais qu'il fasse toujours parti de ma vie, je voulais qu'il soit à moi, qu'il s'inquiète pour moi, qu'il s'énerve de mes conneries.. Je le voulais, tout simplement. Comme avant. Mais je sentais que plus je parlais, plus l'espoir de le ravoir à nouveau s'effritait petit à petit. Je le brisais sans le vouloir, mes erreurs, mes choix le brisaient. Suite à ses cris, je lui avais répondu en criant également la raison de notre rupture, la réelle raison, et mes larmes avaient réellement commencées à couler alors qe je me retournais. Je tirais sur mes cheveux blonds, je gardais les yeux fermés et les lèvres pincées alors que je tentais de me calmer un minimum. Seulement, son silence me glacait le sang, et je n'osais même pas me retourner pour voir son visage. Je ne voulais pas voir la déception dans ses yeux, je m'y refusais. Je ne voulais pas le voir, pas venant de lui, parce que je ne le supporterais pas. Pourtant, ses mots me firent me retourner, le visage crispé et les traits tirés par une sorte de colère qui ressortait. " Notre amour n'était pas assez fort pour moi? Mais bon sang ! Je t'aime toujours, comment il pourrait ne pas être assez fort ! Je mourrais de trouille à ce moment là ! Parce que je savais que tu méritais bien mieux qu'un pauvre abruti lâche comme moi, et que je pensais que tu te lasserais de moi à un moment ou un autre, et je ne voulais pas subir ton abandon ! On m'a toujours abandonné Junno, toujours. Et je ne pouvais pas t'en parler, je n'y arrivais pas. Je trouvais pas les mots, c'était.. Impossible pour moi. " soufflais-je, exténué, avant de m'éloigner légèrement vers la cuisine. Seulement, ses mots suivant me firent réagir plus vite que je ne l'aurais voulu, et plus violemment. Je me retournais, ma main faisant tomber un verre au sol dans un geste rageur. " Si je t'avais réellement aimé? Tu te fiches de moi? J'accepte que tu doutes de tout sur moi, de ma fidélité ou de ma confiance, mais ne doutes pas sur mon amour. Parce que putain, je t'ai aimé, et je t'aime toujours, ça a toujours été le cas. Je t'ai dans la peau, depuis toujours, depuis qu'on se connaît, et c'est bien ça qui me faisait peur ! " criais-je presque.





« BLACK DAHLIA »
come back to realize, looking for anywhere, decide from yourself , dress of skin. Piece of your wish come from the fortune piece of your past will be there©️ .bizzle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://wtfck.easyforum.fr/t39-zheng-xiao-overdrive-pain-ain-t-cheap http://wtfck.easyforum.fr/t47-zheng-xiao-poison-and-tears
avatar
Date d'inscription : 03/08/2014
Messages : 259

# J'suis bien mal
Phase 2, sniff


http://wtfck.easyforum.fr/t167-wang-junno-je-crois-qu-en-tout-homme-il-y-a-un-autre-homme-un-inconnu-un-conspirateur-un-ruse-stephen-king http://wtfck.easyforum.fr/t195-wang-junno-come-on-girl-friendshi
MessageSujet: Re: I get a bad personnality when I'm afraid of losing you [Feat. Xiao]   Mar 19 Aoû - 17:28


Pourquoi la vie était-elle si injuste parfois ? Pourquoi certaines choses ne pouvaient pas être réparées par un simple claquement de doigts ? Même si les erreurs permettaient à l’homme d’avancer, à ne plus faire mêmes erreurs, il restait quand même une profonde amertume après chaque mauvais choix, et jamais cela ne s’effaçait de nos cerveaux. Je tentais de montrer une once de positivité à Xiao en parlant de tout ça, mais au final, j’avais du mal à croire en mes propres mots. Quel genre de leçon avais-je reçu après la rupture avec Xiao ? Qu’avais-je appris de tout ça ? Rien. Ou en tout cas, je n’avais pas conscience des effets que cela m’avait apportés. Certes, peut-être que j’étais plus prudent avec lui, plus consciencieux, mais ce n’était pas tous les jours comme ça. Parfois, je me laissais aller, comme si j’étais toujours en couple avec lui. La seule chose que ma rupture m’avait apporté avec lui, c’était une profonde cicatrice, le douloureux souvenir de ce fameux jour de rupture. J’avais juste appris qu’aimer était parfois semblable à un poison, qu’aimer n’était pas toujours simple et que se faire rejeter par un être aimé était certainement la pire des choses dans la vie d’un humain. Voilà les seules choses que j’avais retenu, point final. Je hochais donc de la tête, l’air pleinement convaincu par tout ça, alors que ce n’était pas le cas.

Mes oreilles semblaient bourdonner à cause de tous ces mots qui étaient si difficiles à entendre. Mais quelque part, je n’étais franchement pas mieux, à croire qu’aujourd’hui, dans notre conversation, les mots défilés plus vite que la lumière, des mots parfois que l’on aurait très certainement voulu éviter de dire. Cette discussion était terriblement abominable. Je n’avais qu’une envie, c’était e fuir ce lieu, de fuir cette conversation, de fuir tout cela. Pour une fois j’avais envie de fuir au lieu d’y faire face. Je n’avais pas envie d’écouter le reste, je n’avais pas non plus envie de continuer. Je savais que continuer n’allait pas être d’une grande aide et qu’au contraire, les choses risquaient de se dégrader. Plus on avançait dans la conversation et plus les mots étaient blessants. Je ne savais pas si dans notre conversation il y avait des non-dits, mais en tout cas, cela allait bien loin, trop loin même. J’avais la gorge sèche et nouée à force de ressasser tout un tas de choses dans mon esprit, à force de perdre pied aussi. J’avais envie de croire que ce qu’il venait de dire, ce n’était pas vrai, ce n’était pas ce qu’il pensait réellement, mais j’avais du mal. Je le croyais, mais cela m’avait fait tellement de mal, que j’avais du mal que ce n’était pas ce qu’il pensait. Peut-être qu’il avait bien vu que cela m’avait profondément blessé et il voulait juste être gentil. Je ne savais pas, je ne savais plus, j’étais perdu. « Je . . .  je suis perdu Xiao, je ne sais plus quoi croire, et quoi retenir de ce que tu viens de dire » dis-je en prenant presque ma tête dans mes mains. C’était tellement compliqué . . .
Je me sentis encore plus perdu quand il me donna les explications de notre rupture. Je ne savais plus quoi ajouter. Mon cerveau venait de faire un énorme saut et sembler ne plus rien comprendre. Enfin, je comprenais mais j’avais du mal à comprendre. Bref c’était pire que les mathématiques. Je me sentais user par toutes ces choses. Je me sentais encore plus abandonner que dans le passé, j’avais le vague sentiment que j’avais été le seul à réellement aimer Xiao. Au fond de moi, une petite voix me dictait que c’était faux, qu’il m’avait certainement aimé pour que cela dure 2 ans, mais peut-être pas assez, pas comme moi. Je sursautais presque, les yeux écarquillés quand je crus entendre qu’il m’aimait toujours. Pardon ? Quoi ? N’y avait-il pas le bouton ‘’replay’’ que je revienne sur ses mots ? Il venait de dire qu’il m’aimait encore ? Il m’aimait encore ? Je ne comprenais décidément plus. Comment avait-il pu penser ça ? Comment avait-il pu croire que je méritais mieux que lui ? Au contraire, c’était moi qui ne le méritais pas et non l’inverse. De plus, jamais je ne l’aurai abandonné pour un autre, JAMAIS. Je l’aimais trop, mon cœur n’avait de battements que pour lui. Il était tout pour moi et il l’était toujours. Comment avait-il pu supposer de telles choses ? Comment avait-il pu croire ? Alors, n’avait-il jamais eu réellement confiance en mon amour pour lui ? Ne lui avais-je pas assez prouvé que mon amour pour lui était surdimensionné ? Soudainement, j’eus l’impression de recevoir une énorme claque. Alors finalement, c’était moi qui avais toujours été dans l’erreur. C’était moi qui ne lui avais pas assez prouvé qu’il pouvait compter sur moi, que jamais je n’allais le laisser. Je n’avais pas été assez présent, assez amoureux peut-être. Je n’avais pensé qu’à moi, pensant être le seul à être abandonné, mais au final, il l’avait été aussi. Néanmoins, malgré ça, il aurait dû venir m’en parler, vraiment. Mais il ne l’avait pas fait.

Il m’aimait trop donc c’était pour ça qu’il avait rompu ? J’avais du mal à trouver une certaine logique dans ce qu’il venait de dire mais quelque part, je finissais par réellement le comprendre. Bordel ! Pourquoi la vie était si injuste. Pourquoi ? Cela voulait-il dire, quelque part, qu’il n’y avait aucune possibilité de se remettre ensemble ? Car s’il avait eu peur une fois, il était capable d’avoir peur une deuxième fois et d’agir de la même manière. Avalant difficilement ma salive, je sentis mon cœur battre à tout rompre contre ma poitrine. « Jamais je ne t’aurai laissé Xiao, JAMAIS ! Je t’aimais trop, vraiment trop. Tu étais mon tout, moi aussi je t’avais dans ma peau. » Je m’approchais doucement de lui. « Je . . . je . . . », hésitant je me mordillais plusieurs fois la lèvre, ne sachant pas quoi ajouter. « Je suis désolé Xiao de t’avoir fait subir tout ça, je pensais être le seul à avoir autant souffert de cette rupture, je pensais que tu étais un lâche, que tu m’avais salement abandonné, je n’ai pensé qu’à moi, ne comprenant pas tes véritables raisons. Je ne les comprends toujours pas, en tout cas pas entièrement mais . . . en même temps je ne peux pas me mettre à ta place, j’aurai peut-être fait la même chose ». Oui, je savais, je changeais assez rapidement d’avis, mais quelque part, entendre tout ça m’avait fait un bien fou et m’avait ouvert les yeux sur certaines choses. Je ne parvenais plus à dire quoique ce soit, les mots restant dans ma bouche et même mes pensées semblaient bloquer. Levant un peu les yeux vers lui, je plantais mon regard vers lui, me rapprochant encore plus. « Xiao . . . je suis tellement . . . désolé et . . . . et . . .et . . . ». Oh bordel c’était si dur à dire, je ne parvenais vraiment pas à sortir mes mots. J’étais trop choqué, trop perdu, trop abasourdie. « Et . . . je t’ai toujours aimé Xiao, toujours . . . même maintenant je . . .  je  . . . ».  Me mordant nerveusement la lèvre, je finis par supprimer les quelques mètres qui me séparaient de lui, pris son visage entre mes mains et je déposais un léger baiser sur son front. M’éloignant rapidement, je baissais les yeux. « Je suis . . .  désolé, vraiment désolé. Je ne te ferai plus souffrir, plus jamais ». Je ne voulais pas qu’il revive toutes ces craintes, et je comprenais pourquoi il m’avait tant tenu à l’écart de lui. Au lieu d’insister, j’aurai mieux fait de partir aussi. Notre amour était peut-être trop dévastateur, pour lui en tout cas. Je ne voulais pas être un fardeau. Je pris rapidement mes affaires et sortis aussi vite de l’appartement, m’enfuyant loin, très loin de là où il se trouvait.




+ And hope seems like a promise
There's no way I can hide it's written on my face and all these complications now . . . Maybe I'm afraid to open up and let You in behind the curtain. Maybe I'm afraid of the questions that I know You'd raise what I thought was certain. © caius
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://wtfck.easyforum.fr/t167-wang-junno-je-crois-qu-en-tout-homme-il-y-a-un-autre-homme-un-inconnu-un-conspirateur-un-ruse-stephen-king http://wtfck.easyforum.fr/t195-wang-junno-come-on-girl-friendshi
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: I get a bad personnality when I'm afraid of losing you [Feat. Xiao]   

Revenir en haut Aller en bas
 

I get a bad personnality when I'm afraid of losing you [Feat. Xiao]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Salle d'attente - qui porte bien son nom! feat. I. Sara Stinson
» — Lily Scénario's --- Sophia Bush
» (m) - MICHAEL TREVINO - Love Foerver Maybe ?
» (f) - RACHEL BILSON ► the past belongs to it, the future belongs to us
» ❝ i'm losing my favourite game, you're losing your mind again [PV Night][FINI]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: Le bordel :: Les rps à la poubelle.-